AccueilAlbums photos

18 juin 2012.

Vidange chasse au barrage de Verbois

Vidange du barrage de Verbois et chasse du Rhône genevois. Les (...)

Vidange du barrage de Verbois et chasse du Rhône genevois. Les données du problème : concilier protection de la nature, production d’énergie, sécurité des biens et des personnes

Chaque année, quelque 350’000 m3 de sédiments apportés par l’Arve, se déposent dans la retenue de Verbois. Depuis plus d’un siècle, leur gestion s’est faite par le biais de chasses-vidanges (voir schémas ci-contre), d’abord sur la centrale de Chèvres (aujourd’hui disparue) puis sur le barrage de Verbois qui en est à sa 20e vidange. Au moment de sa mise en service en 1943, celui-ci bénéficiait d’une retenue de 15 millions de m3 d’eau. En 2012, il n’en restait plus que les deux tiers : depuis la dernière vidange en 2003, ce ne sont pas moins de 3,4 millions de m3 de sédiments qui se sont accumulés. La chasse-vidange de 2012 avait pour objectif d’en évacuer la moitié, de manière à dégager le lit du fleuve et assurer la sécurité des riverains en cas de crues.

Photos © aqueduc.info




Infos complémentaires



Le tronçon (env. 12 km) du Rhône genevois concerné par l’opération de vidange chasse, du barrage du Seujet, en ville de Genève, au barrage de Verbois, entre les communes d’Aire-la-Ville et de Russin (carte de base © swisstopo)


- Une telle opération sur un fleuve transfrontalier nécessite une étroite collaboration entre les autorités suisses et françaises et entre les entreprises qui gèrent les différents ouvrages aménagés sur le Rhône, en particulier les Services Industriels de Genève (Seujet et Verbois), la Société des Forces Motrices de Chancy-Pougny (barrage franco-suisse en aval) et la Compagnie Nationale du Rhône qui exploite le barrage de Génissiat (en France). Il a fallu près de 2 ans pour mener à terme les différentes procédures d’autorisation, techniques et administratives.

- Les Services Industriels de Genève (SIG) ont décidé cette année de coupler l’abaissement de la retenue avec le remplacement des grilles de protection des turbines du barrage de Verbois dont l’usure et la corrosion ne permettent plus de garantir leur fonction de filtre. À l’avenir, les nouvelles grilles pourront être entretenues ou remplacées sans abaissement du plan d’eau. De ce fait, il avait été préalablement décidé de maintenir la retenue à son plus bas niveau pendant 7 jours au lieu des 3 jours habituels.

- Comme ces travaux de maintenance ne pouvaient être faits qu’à basses eaux, il fallait aussi réduire pendant plusieurs jours les débits du Rhône au barrage du Seujet. Le niveau du Léman s’est donc régulièrement élevé durant cette période, jusqu’à près de 40 centimètres au-dessus de son niveau annuel moyen (372.05 msm). Les SIG avaient certes anticipé cette montée du lac en le maintenant à une cote relativement basse, mais de mauvaises conditions météorologiques et de gros débits de l’Arve ont pendant 2 ou 3 jours quelque peu compliqué la gestion de ces différents paramètres hydrographiques.

- Les impacts des chasses-vidanges sur l’écosystème du Rhône sont très importants. C’est ce qui avait d’ailleurs incité les associations de protection de l’environnement à réclamer, et obtenir après 2003, un moratoire qui a débouché sur une suspension pendant neuf ans de cette pratique jusqu’alors triennale. Concrètement, chaque opération se traduit par l’asphyxie de milliers de poissons dans un fort courant chargé de sédiments, d’autres sont piégés dans des plans d’eau connexes, de nombreux nids d’oiseaux aquatiques sont détruits ou emportés, des nichées sont séparées des oiseaux adultes, les castors encourent des risques de prédation, des fronts de roselières s’écroulent, etc.

- Les services de l’État genevois et les SIG ont tenté, autant que possible, de réduire ces impacts quasi catastrophiques grâce notamment à des pêches préventives, à l’aménagement de zones refuges, et à l’alimentation de lagunes en eau potable pour compenser l’évaporation et conserver une concentration d’oxygène viable pour la faune piscicole.

- En se vidant, la retenue de Verbois fait aussi apparaître une multitude d’objets jetés dans le fleuve. La chasse emporte les matériaux les plus légers, bouteilles, cannettes, plastiques, bois, meubles, mais, dans ce Rhône-poubelle la baisse des eaux va mettre à découvert plusieurs tonnes de ferraille, dont des voitures (deux ont été repêchées), des deux-roues, des caddies, et même, rapporte la Tribune de Genève, onze coffre-forts, tous retrouvés au même endroit.

- À court et à moyen termes, les SIG ont la volonté de développer d’autres modes de gestion de la retenue de Verbois qui rendent possible l’évacuation des sédiments sans provoquer le désastre environnemental que l’on connaît aujourd’hui. Il reste cependant encore trop d’inconnues qui empêchent, pour le moment, de définir une stratégie précise. Dans un premier temps, il est envisagé de procéder entre 2015 et 2017, à un abaissement partiel du plan d’eau d’environ 4 mètres.

- Au final, le Canton de Genève et la Préfecture de l’Ain se disent satisfaits de ces opérations de vidange chasse qui se sont "globalement bien déroulées", ainsi que de la qualité de la collaboration entre autorités et exploitants des deux côtés de la frontière. Le groupe de coordination technique en charge du suivi des chasses doit maintenant rédiger un bilan final détaillé et en publier les conclusions d’ici quelques mois. (*)

(Sources : État de Genève, Direction générale de l’eau
et Services Industriels de Genève)

(*) P.S. Ce bilan final a été publié en avril 2013.
Voir l’article aqueduc.info à ce sujet



La retenue du Rhône au barrage de Verbois
une semaine après la fin de la vidange chasse

Avis de danger sur les rives
du Rhône genevois
(photos aqueduc.info)

Calendrier effectif des chasses du Rhône 2012

4 juin
Abaissement de la retenue de Génissiat (France)
9 juin
Abaissement de la retenue de Verbois, puis de celle de Chancy-Pougny
12 juin
Ouverture des vannes au barrage du Seujet (Genève) et début de la chasse du Rhône, opération rendue difficile en raison de fortes crues des affluents du fleuve. Conséquence : un jour plus tôt que prévu, il est mis fin aux opérations d’accompagnement sur le Rhône français et la retenue de Génissiat est remontée.
15 juin
Remontée de la retenue de Chancy-Pougny à son niveau normal
21 juin
Début de la remontée à Verbois avec deux jours de retard sur le calendrier annoncé, en raison d’un problème imprévu survenu sur le chantier du renouvellement des grilles du barrage (grosse accumulation de boues non chassées).
22 juin
La retenue de Verbois retrouve son niveau d’exploitation normal.


Le comment d’une opération très spectaculaire


Niveau de la retenue au moment de la construction du barrage

Au fil des ans, les sédiments s’accumulent, la capacité du barrage de Verbois diminue et les crues augmentent les risques d’inondations

La vidange
Les vannes de fond du barrage de Verbois sont ouvertes, ce qui provoque un abaissement complet de la retenue d’eau et permet au Rhône, durant quelques jours, de retrouver son écoulement naturel

La chasse
L’ouverture des vannes du barrage du Seujet, en amont de la retenue de Verbois, provoque une brusque augmentation du débit du Rhône : une partie des limons et autres sédiments accumulés dans le lit du fleuve transite ainsi rapidement vers l’aval

La masse des sédiments retrouve un niveau acceptable, les vannes de fond du barrage de Verbois sont refermées et la retenue d’eau retrouve peu à peu son niveau normal.

(Schémas réalisés sur la base de graphismes des Services Industriels de Genève)


Niveaux du lac Léman durant l’opération de chasse-vidange
01 juin : 371,70 msm
09 juin : 371,97 msm
13 juin : 372,16 msm
22 juin : 372,42 msm
30 juin : 372,29 msm

Les niveaux du lac Léman, fixés par un accord intercantonal datant de 1884, sont gérés au barrage du Seujet, en ville de Genève. Le niveau maximal normal est de 372.30 mètres, de juin à décembre, et le niveau minimal de 371.60 mètres, de mars à avril.


En savoir plus sur les sites
- de l’État de Genève
- des Services Industriels de Genève
- de la Compagnie Nationale du Rhône (France) (PDF, Foire aux questions)
- aqueduc.info

Glossaire

  • Éclusée

    Littéralement, c’est le volume d’eau qui s’écoule d’une écluse entre le moment où on l’ouvre et celui où on la referme. Appliqué à un barrage, le mot désigne l’opération qui consiste à relâcher une grande quantité d’eau dans une rivière en particulier lors des turbinages hydroélectriques. Ces opérations fréquentes se traduisent en aval par de soudaines et dangereuses crues artificielles et perturbent gravement les écosystèmes des cours d’eau d’aval. D’où l’importance des réglementations qui visent à en maîtriser les impacts.

Mot d’eau

  • Trop soif

    "Je suis un peu dans la situation d’un homme qui tire de l’eau goutte à goutte parce qu’il a trop soif pour attendre que le puits se remplisse" (F. Scott Fitzgerald, Lettre à H. Ober, 1936)


Contact Lettre d'information