AccueilAlbums photos

2008.

Lacs alpins

Plans d’eau et paysages lacustres au gré de randonnées alpines, (...)

Plans d’eau et paysages lacustres au gré de randonnées alpines, toutes les nuances d’un catalogue de gouaches...

Photos © aqueduc.info



Infos complémentaires

Quand on me parle de lacs, je pense d’abord à ceux que j’ai contemplés lors de mes randonnées montagnardes. Ceux que l’on finit par atteindre après un long et patient effort. Ceux près de qui l’on reprend souffle avant de poursuivre son périple vers un col ou un autre lac. Ceux qui viennent tout juste de sortir de leur léthargie hivernale, offrant un paysage de modèle réduit de banquise en débâcle, ou ceux que l’été a déjà asséchés ou presque.

Impossible de les énumérer ni de les répertorier. D’autant que nombre d’entre eux n’ont pour identité que leur seul fond de teint : Lac Bleu, Grünsee, Lago Bianco, Lej Nair… À les contempler au gré des saisons et des fluctuations quotidiennes de luminosité provoquées par les jeux de cache-cache du soleil et des nuages, on retrouve, entre transparence parfaite et opacité totale, toutes les nuances d’un catalogue de gouaches.

Peut-être que cet infini kaléidoscope de coloris exprime-t-il d’une autre manière le mouvement qui est de la nature même de l’eau mais dont les lacs seraient apparemment privés.

Pourtant, quand on va au plus près des glaciers, l’eau des lacs s’épaissit de limons et de sédiments, perd ses teintes d’argent et vire aux gris d’ardoise. L’ambiance y est plus froide mais on sent la vie toute proche et comme le désir d’un nouveau départ vers des vallées moins austères.

Bernard Weissbrodt

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information