AccueilAlbums photos

2008.

L’aqueduc de Barbegal (Arles, France)

À ses origines, Arles la romaine était alimentée par diverses (...)

À ses origines, Arles la romaine était alimentée par diverses amenées d’eau en provenance de la chaîne des Alpilles, au nord-est de la ville.

Photos © aqueduc.info



Infos complémentaires

L’aqueduc de Barbegal, situé sur le territoire de la commune de Fontvieille, faisait partie du réseau régional d’alimentation en eau de la colonie romaine d’Arles. Ce réseau s’articulait sur deux canaux principaux qui se rejoignaient dans un bassin aux abords précisément de Fontvieille avant de franchir le vallon des Arcs.

Le pont-aqueduc de Barbegal, d’une longueur de quelque 300 mètres, servait plus particulièrement à fournir de l’eau à une importante meunerie hydraulique équipée de plusieurs roues à aubes.

L’ouvrage comprend deux parties, l’une construite en mur plein, l’autre reposant sur une série de 28 arches. L’eau passait ensuite par une large et profonde entaille (la pierre trouée, ‘peiro troucado’) creusée dans un massif rocheux puis était acheminée vers les moulins grâce à un aménagement de maçonnerie.

La datation et la chronologie de l’aqueduc et de la meunerie semblent peu précises. Certains les situent aux alentours des 2e et 3e siècles, mais il semblerait que les vestiges qui en subsistent seraient ceux d’une reconstruction ultérieure au 4e siècle.

Les monuments romains et romans de la cité d’Arles ont été inscrits au Patrimoine mondial (Unesco) en 1981.

> Consulter aussi le site du Patrimoine de la Ville d’Arles

Mots-clés

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information