AccueilInfosDossiersColloque Eau et Santé, Chambéry

décembre 2003.

Modes ou nécessités ?

C’est avec deux journées (et une demi-journée de visite à (...)

C’est avec deux journées (et une demi-journée de visite à Aix-les-Bains) sous le titre "Eau et Santé" que Chambéry, en France, a mis début décembre un point final à sa série de colloques organisés dans le cadre de l’Année internationale de l’eau douce. Une vingtaine de communications y ont été entendues articulées autour de quatre thèmes : à la recherche de preuves du service médical rendu par les eaux minérales et thermales - exemples de répartition et d’utilisation des eaux minérales et thermales dans quelques pays de l’hémisphère nord - menaces sanitaires et protection de la ressource - exploitation et protection des eaux thermales et minérales d’Aix-les-Bains.

Dans ce dossier, aqueduc.info fait écho à quelques contributions entendues au cours de ce Colloque (*). Entre autres :

- Peut-on se fier à l’eau du robinet ?
Dr Pierre Payment, Institut Armand Frappier, INRS, Laval, Québec

- Les deux âmes de la ville d’eaux thermales
Federica Tamarozzi, Musée national des arts et traditions populaires, Paris

- La légionelle, un révélateur de lacunes scientifiques
Prof. Yves Lévi, ECOMICTH

(*) "Eau & Santé", Valorisation et protection des eaux minérales et thermales
Chambéry - Aix-les-Bains, 1-3 décembre 2003
Organisé notamment par la Chaire UNESCO des Ressources en Eau de l’Université de Savoie et l’Association Montanea, Chambéry, dans le cadre des 16e Entretiens du Centre Jacques Cartier, Lyon.

Liens utiles :

Chaire UNESCO des Ressources en Eau
Association Montanea, Chambéry
Centre Jacques Cartier, Lyon




Mots-clés

Mot d’eau

  • L’eau des Kennedy

    Celui qui pourra résoudre les problèmes de l’eau méritera deux Prix Nobel : un pour la paix et un pour la science. (John F. Kennedy) - Nous sommes témoins de quelque chose d’inédit : l’eau ne coule plus vers l’aval, elle coule vers l’argent. (Robert F. Kennedy)

Glossaire

  • La clepsydre

    C’est, comme le sablier, l’un des plus anciens instruments de mesure du temps qui passe. Il s’agissait le plus souvent d’un vase conique, percé d’un trou à sa base, laissant s’écouler l’eau goutte à goutte. Comme sa face interne comportait des graduations horaires, il suffisait d’observer le niveau de remplissage pour savoir combien d’heures s’étaient écoulées depuis le coucher du soleil.


Contact Lettre d'information