AccueilRessourcesDans les livres

10 mars 2017.

"L’accès à l’eau"

Enjeu majeur du développement durable

JPEG - 72.4 ko

En publiant cet ouvrage de synthèse sur les enjeux de l’accès à l’eau et de sa gestion au 21e siècle, Laurent Baechler, dont les recherches portent principalement sur les politiques énergétiques et climatiques, a pour ambition de proposer "un regard panoramique" prenant en compte les différentes disciplines concernées par la vaste problématique des ressources hydriques.

Les enjeux sont connus. À court terme : répondre aux besoins des populations qui dans les pays en développement n’ont pas accès à l’eau et à l’assainissement. À moyen terme : nourrir les trois milliards de personnes qui dans quelques décennies se seront ajoutées à la population actuelle de la planète. À long terme : faire en sorte que les écosystèmes aquatiques fragilisés par les activités humaines puissent encore jouer leur rôle vital.

L’auteur se veut optimiste et pense qu’un examen attentif des problèmes et des solutions permet de croire qu’il est possible de relever ces défis : "Dans une certaine mesure, on pourrait même aller jusqu’à dire que parmi tous les grands défis du développement durable auxquels l’humanité doit désormais faire face, celui de l’accès à l’eau est peut-être l’un des moins compliqués à affronter".

Parce que le développement économique peut contribuer à résoudre les problèmes environnementaux, parce que la situation n’est pas irréversible, parce qu’en Afrique par exemple le problème n’est pas l’exploitation excessive des ressources mais l’insuffisance des moyens pour les valoriser, ou encore parce les acteurs directement concernés ont encore la capacité de coopérer.

Mais alors, pourquoi ne parvient-on pas aujourd’hui à garantir plus facilement l’accès à l’eau ? "Une raison fondamentale est que le problème de l’accès à l’eau ne mobilise pas les énergies à hauteur de ce qu’elles devraient être, en partie par manque d’intérêt, en partie par manque de clairvoyance."

C’est que, précise l’expert, les faiseurs de réformes sont en Occident qui n’est pas le plus touché par la crise de l’eau et n’en souffre donc pas autant que le monde en développement. Et comme c’est au niveau local que doivent être résolus prioritairement les problèmes d’accès à l’eau, la coopération et la solidarité internationales s’en préoccupent beaucoup moins que pour d’autres enjeux.

Pour Laurent Baechler, la conclusion qui s’impose est que le principal défi est d’abord de nature politique : "La bonne gouvernance de l’eau doit s’accompagner de la volonté politique de faire changer les comportements et les pratiques, ou de mobiliser les moyens nécessaires. Plus que toute autre chose, c’est probablement ce qui fait à l’heure actuelle le plus défaut pour affronter les défis à venir de l’accès à l’eau." (bw)


Laurent Baechler
"L’accès à l’eau - Enjeu majeur du développement durable"
Collection Planète enjeu
Éditions De Boeck Supérieur, Louvain-la-Neuve
2017, 208 pages.

1. Les caractéristiques physiques de l’accès à l’eau
2. Des pressions croissantes sur les ressources en eau
3. L’accès à l’eau, un problème de développement
4. La gestion de l’accès à l’eau
5. Les conditions d’accès à l’eau entre conflit et coopération
6. La gouvernance de l’accès à l’eau.



Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information