AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2003

27 février 2003.

"Un sauveur de rivières" à l’honneur

Bernard Lachat, biologiste du Jura suisse et fondateur d’un bureau (...)

Bernard Lachat, biologiste du Jura suisse et fondateur d’un bureau de biologie appliquée, s’est vu attribuer le Prix Interjurassien pour l’ensemble de ses travaux en faveur de la nature, et en particulier pour la sauvegarde des cours d’eau.

La passion de Bernard Lachat, c’est l’écologie végétale, le génie végétal en écologie appliquée. Son mémoire de licence, alors qu’il étudiait à l’Université de Neuchâtel, portait sur "La stabilisation des rives par la végétation - étude de la rivière du Doubs". Plus tard, il poursuivra ses recherches dans cette direction.

Son credo, c’est l’utilisation de techniques végétales pour résoudre des problèmes d’érosion : "Fichez la paix aux rivières, laissez-leur de l’espace pour divaguer dans le paysage, entre les arbres", confie-t-il au journal Le Temps.

En 1980, à Vicques (canton du Jura), il fonde un bureau de biologie appliquée : aujourd’hui, Biotec occupe 3 biologistes, 2 ingénieurs ruraux, un ingénieur agronome, 3 secrétaires et un dessinateur. Des bureaux Biotec ont également été créés en France, à Bourgoin-Jallieu et Lyon.

Bernard Lachat est l’auteur de nombreuses publications, dont deux en tout cas constituent de véritables ouvrages de référence :

- "Le cours d’eau - conservation, entretien et aménagement", publié en français et en anglais en 1991 par le Conseil de l’Europe à Strasbourg (réédité en 1994), et
- "Le guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales", publié par le Ministère français de l’aménagement du territoire et de l’environnement en 1994 (réédité en 1999). (bw)

Le site de Biotec




Infos complémentaires

Les avantages du génie végétal, selon Bernard Lachat

Recourir à des plantes vivantes plutôt qu’à des matériaux de construction inertes, comme des enrochements, pour stabiliser les rives d’un cours d’eau offre toute une série d’avantages. Dans son "Guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales", Bernard Lachat en énumère quelques-uns :

- les techniques végétales acquièrent une efficacité de stabilisation croissante, au fur et à mesure du développement des plantes car elle sont vivantes. Leur résistance aux forces d’arrachement est comparable, voir supérieure aux techniques minérales habituelles ;
- elles opposent une résistance souple aux forces du courant, permettant de mieux dissiper l’énergie ;
- elles sont également souples dans leur application, car leur grande diversité, les possibilités de les combiner ou de la joindre à des matériaux auxiliaires (bois, géotextile, etc) leur confèrent une grande capacité d’adaptation, répondant aux besoins de chaque cas particulier ;
- elles favorisent l’autoépuration du cours d’eau au niveau des racines ;
- elles ne perturbent pas les relations entre les cours d’eau et les nappes phréatiques ;
- elles contribuent à maintenir à restaurer une grande diversité botanique et faunistique par la variété des supports et d’habitats qu’elles offrent du lit jusqu’aux rives ;
- elles fournissent l’ombre nécessaire à maintenir la fraîcheur de l’eau et à limiter la croissance de plantes aquatiques envahissantes telles que les algues filamenteuses ;
- elles contribuent à conserver ou à restaurer le patrimoine paysager et génétique d’une région ;
- elles sont peu coûteuses en fourniture, car les matériaux de base peuvent souvent être prélevés sur place ;
- les ouvrages eux-mêmes sont susceptibles de fournir le matériel végétal (branches, baguettes, pieux, boutures) pour d’autres ouvrages après quelques années de croissance.

Source : "Le guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales", publié par le Ministère français de l’aménagement du territoire et de l’environnement (1994).

Mots-clés

À paraître

Agenda

Glossaire

  • Eau de Javel

    Appellation populaire, du nom d’un quartier parisien, d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium, de couleur jaunâtre et à forte odeur de chlore, souvent employée, diluée dans l’eau, comme désinfectant, détachant ou décolorant. De nombreux produits ménagers de nettoyage, de lessive et de vaisselle en contiennent à des concentrations variables. Elle est également utilisée pour la potabilisation de l’eau, dans les piscines, dans les stations d’épuration et dans l’industrie, notamment dans les papeteries.

Mot d’eau

  • La communauté, nappe souterraine

    “La communauté est une nappe affective souterraine et chacun boit la même eau à cette source et à ce puits qu’il est lui-même – mais sans le savoir, sans se distinguer de lui-même, de l’autre ni du Fond.” (Michel Henry, "Phénoménologie matérielle", 1990)


Contact Lettre d'information