AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2008

17 décembre 2008.

Sommet africain sur l’eau : programme à 65 milliards USD

La ville de Syrte, en Libye, a hébergé pendant trois jours une (...)

La ville de Syrte, en Libye, a hébergé pendant trois jours une conférence ministérielle sur l’eau pour l’agriculture et l’énergie en Afrique, avec un accent particulier mis sur les défis du changement climatique. À son ouverture, le directeur général de la FAO, Jacques Diouf, a insisté sur le fait que « la maîtrise de l’eau est un élément clé de la sécurité alimentaire ». Cela a un coût, estimé par les experts à quelque 65 milliards de dollars répartis sur 20 ans.

Cette conférence, à laquelle participaient les ministres et hauts fonctionnaires de 53 pays africains, était organisée du 15 au 17 décembre 2008 par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et par le gouvernement libyen, en collaboration avec plusieurs partenaires, notamment l’Union africaine, le Conseil des ministres africains pour le développement de l’eau, la Banque africaine de développement et la Commission économique pour l’Afrique.

L’ordre du jour de la conférence a principalement porté sur un projet de programme pour une ‘Révolution bleue’ utilisant au mieux les ressources en eau inexploitées de l’Afrique. Etalé sur une vingtaine d’années, ce programme qui devrait coûter environ 65 milliards de dollars détaille les besoins en investissements dans l’irrigation et l’énergie hydro-électrique dans chaque pays africain.

Pour la première fois, des bilans pays par pays, basés sur des évaluations à court, moyen et long termes, ont été dressés de manière exhaustive en considérant les investissements pour la maîtrise de l’eau au niveau des villages, des périmètres irrigués et des grands bassins fluviaux, tant pour l’agriculture que pour la production hydro-électrique.

Il y a urgence : l’Afrique subsaharienne, qui a le plus fort taux de sous-alimentation au monde, sera durement touchée par le changement climatique et le continent devra tripler sa production alimentaire d’ici à 2050 pour nourrir une population qui atteindra 2 milliards d’individus.

L’exemple le plus symptomatique des menaces climatiques sur l’Afrique est sans aucun doute le Lac Tchad et sa "catastrophe humaine et environnementale annoncée”. En une trentaine d’années, il a en effet perdu près des 90 pour cent de sa superficie, mettant ainsi en péril les moyens d’existence des populations locales.

La Déclaration finale commune adoptée par la Conférence de Syrte souligne l’importance de la maîtrise de l’eau au plan national, régional et continental. Le développement du capital humain de l’Afrique passant de toute évidence par la sécurité alimentaire et énergétique, la mise en oeuvre de programmes intégrés sur l’eau, l’agriculture et l’énergie devrait donc être considérée comme une priorité. (Source : FAO)

Lien vers le site de la conférence




Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information