AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2009

23 août 2009.

Le Val-de-Ruz prêt à régionaliser la gestion de ses eaux

À l’étude depuis plus de trois ans, un projet de régionalisation de (...)

À l’étude depuis plus de trois ans, un projet de régionalisation de la gestion des eaux du Val-de-Ruz, dans le canton de Neuchâtel (Suisse), est prêt de voir le jour. Mais, pour cela, les dix communes membres de l’actuel Syndicat intercommunal des Eaux du Val-de-Ruz Est (SEVRE) devront, à l’unanimité, lui donner leur aval. Dans l’affirmative, les six autres communes de la vallée auront alors le choix d’y adhérer. Plus de 15’000 habitants sont concernés par ce projet auquel l’administration fédérale a d’ailleurs conféré le statut de projet pilote sur le plan national en matière de gestion intégrée des eaux par bassin versant.

Le projet prévoit de confier à un nouveau syndicat régional la gestion globale du cycle de l’eau dans le Val-de-Ruz, à savoir : la planification, l’exploitation, l’entretien, les investissements et le financement de toutes les infrastructures liées à l’eau potable, la protection des eaux souterraines, les eaux usées, les eaux claires, les drainages agricoles et l’entretien des cours d’eau, dans le respect du développement durable et avec une maîtrise des coûts à long terme.

Les quatre ambitions du projet :

- Minimiser les risques d’insuffisance ou de mauvaise qualité de l’eau potable, de pollution de l’environnement et d’inondation ;
- Maîtriser les coûts sur le long terme : empêcher que les infrastructures ne se dégradent irrémédiablement et investir prioritairement dans des projets dont le rapport efficacité / coût est maximal ;
- Protéger les ressources en eau et les gérer de manière économe pour les générations futures ;
- Offrir un service de qualité au citoyen-consommateur, en permanence, même en situation de crise.

JPEG - 16.8 ko
Station d’épuration de la SEVRE dans le Val-de-Ruz (document SEVRE)

Jusqu’ici, la responsabilité de la gestion des eaux de la vallée était répartie entre plusieurs entités : le canton qui assure la haute surveillance et l’entretien des cours d’eau cantonaux, 16 communes dans lesquelles une soixantaine de conseillers et employés se partageaient les diverses tâches de gestion des eaux en fonction de leurs disponibilités, 2 associations intercommunales et 4 syndicats intercommunaux. Si le projet est voté, la nouvelle structure unique reprendra à partir du 1er janvier 2010 les tâches de ces diverses entités ainsi que la propriété des infrastructures liées aux eaux de la vallée.

Des séances d’information sur le projet seront organisées durant tout le mois de septembre dans chacune des 16 communes concernées. Après quoi les législatifs communaux devront se prononcer sur son adoption. Et si aucun obstacle n’est mis à la création de cette nouvelle structure unifiée, celle-ci devrait devenir opérationnelle le 1er janvier 2010.

Une nouvelle équipe opérationnelle de 8 ou 9 collaborateurs qualifiés, placée sous la direction d’un conseil et d’un comité régional issus des élus du Val-de-Ruz, prendra alors le relais des intervenants actuels et garantira un service permanent, dans la continuité et sur le long terme. Le budget du nouveau syndicat régional, estimé à un peu plus de 8 millions de francs par an, sera alimenté par des taxes identiques pour toutes les communes. (Source : communiqué du Groupe de travail pour la régionalisation de la gestion des eaux dans le Val-de-Ruz)

- Informations détaillées disponibles sur le site de la Commune de Cernier




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information