AccueilInfosArrêts sur infos

23 août 2017.

Au Pakistan, le fléau de l’arsenic dans les eaux est plus grave qu’on ne l’imaginait

Une étude menée au Pakistan sous la direction de l’Institut suisse (...)

Une étude menée au Pakistan sous la direction de l’Institut suisse de recherche sur l’eau (Eawag) [1] est arrivée à la conclusion que quelque 50 à 60 millions de personnes sont aujourd’hui concernées par les risques de contamination par l’arsenic présent naturellement dans les nappes phréatiques qui servent à l’alimentation en eau potable et à l’irrigation. De plus en plus d’indices font également supposer que la généralisation des pratiques d’irrigation fait monter les concentrations d’arsenic dans les sols.

JPEG - 66.4 ko
Prélèvement d’échantillons dans un puits
du district de Gujrat (province du Pendjab).
(photo : Tasawar Khanam, Comsats)

L’arsenic naturellement présent dans le sous-sol peut se dissoudre dans les eaux souterraines, selon des processus qui peuvent varier selon les conditions géologiques et hydrologiques. C’est le cas par exemple dans les deltas du Gange, au Bangladesh, et du Fleuve Rouge, au Vietnam. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 150 millions de personnes dans le monde seraient tributaires d’eaux dont la teneur en arsenic dépasse le seuil de tolérance de 10 microgrammes par litre.

Au Pakistan, dans les plaines très peuplées de l’Indus et de ses affluents, en particulier dans le sud du pays, les chercheurs ont relevé des concentrations en arsenic dépassant les 200 μg/l, voire bien plus encore. L’étude menée par l’Eawag [2] met en évidence une très forte corrélation entre la charge en arsenic et le pH élevé des sols : lorsque les eaux d’irrigation s’infiltrent dans ces sols alcalins et les jeunes sédiments fluviaux, ce métalloïde toxique peut être libéré et contaminer en permanence les nappes phréatiques.

JPEG - 82.5 ko
Probabilité de concentrations en arsenic
supérieures à 10 µg/L (source : Eawag)

La contamination des eaux souterraines par de l’arsenic naturel est connue depuis longtemps. Mais jusqu’à présent, faute de moyens suffisants pour réaliser des campagnes systématiques dans tout le pays, les chercheurs devaient se contenter de prélever ponctuellement des échantillons dans quelques villages. Pour la première fois, l’étude de l’Eawag montre que ce "fléau invisible" est d’une ampleur "phénoménale" et qu’il importe de prendre des contre-mesures sans plus attendre.

S’il se confirme - entre autres - qu’il existe un lien entre l’irrigation intensive, les taux de pH élevés dans les sols et les concentrations accrues en arsenic dans les eaux souterraines, c’est la technique d’irrigation qu’il faudrait aussi repenser pour empêcher autant que possible l’évaporation et les infiltrations d’eaux agricoles. (Source : Eawag)




Notes

[2Joel Podgorski et al. : "Extensive arsenic contamination in high-pH unconfined aquifers in the Indus Valley". Science Advances, 23 Aug 2017, vol. 3, no. 8. Voir >

Infos complémentaires

L’arsenic naturel

À l’échelle de la planète, l’arsenic est l’un des principaux contaminants inorganiques de l’eau potable. Ce métalloïde est naturellement présent dans les sédiments du sous-sol et se dissout en faibles quantités dans l’eau souterraine sous l’effet des intempéries. Les sels d’arsenic n’affectent ni l’odeur ni le goût de l’eau, mais sont extrêmement toxiques pour l’homme. Même à faibles doses, leur ingestion prolongée peut avoir de graves conséquences sur la santé, provoquant notamment des anomalies de pigmentation de la peau, des troubles hépatiques, rénaux et cardiovasculaires et différentes formes de cancer. (Source : Eawag)

Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • "N’offrez l’eau qu’aux enfants"

    “Quand vous voyez votre voisin à table verser du vin en son verre, ne vous hâtez pas à y verser de l’eau. Pourquoi voulez-vous noyer la vérité ? Il est vraisemblable que votre voisin sait mieux que vous ce qui lui convient. Peut-être il n’aime pas l’eau : peut-être il n’en veut mettre que quelques gouttes par complaisance pour la mode : peut-être il ne veut pas qu’un autre observe combien peu il en met dans son verre. Donc, n’offrez l’eau qu’aux enfants. C’est une fausse complaisance et bien incommode.” (Benjamin Franklin, Lettre à l’Abbé Morellet, (...)

Glossaire

  • Aquifère

    Ensemble solide et délimité de roches perméables - sable, gravier, roches fissurées ou calcaires - contenant une zone dans laquelle l’eau constituée en nappe souterraine peut circuler librement et y être captée. On distingue plusieurs types d’aquifères en fonction notamment de leur structure géologique qui conditionne la vitesse d’écoulement de l’eau (de quelques mètres par jour à plusieurs centaines de mètres par heure).


Contact Lettre d'information