AccueilInfosOn en parle

9 février 2017.

Projet de ferme hydrolienne sur le Haut-Rhône français

39 hydroliennes d’une puissance totale de 2 mégawatts : c’est le (...)

39 hydroliennes d’une puissance totale de 2 mégawatts : c’est le parc de production électrique que la Compagnie Nationale du Rhône, concessionnaire de la partie française du fleuve, projette d’installer en 2018 à l’aval du barrage de Génissiat, dans le département de l’Ain. Pour ses concepteurs, ce projet budgété à 12 millions d’euros devrait servir de vitrine internationale pour le développement de cette forme d’énergie renouvelable encore peu exploitée.

Ce projet repose sur la collaboration de trois partenaires : un gestionnaire, la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), créée en 1933, qui a pour missions la production d’hydroélectricité, le transport fluvial et l’irrigation pour les usages agricoles ; une société technique, HydroQuest, créée en 2010 et basée près de Grenoble, experte dans le développement d’installations hydroélectriques, et une entreprise, Constructions Mécaniques de Normandie (CMN), spécialisée dans la construction navale et active depuis 2012 dans le secteur de l’hydrolien marin et fluvial.

Le principe de l’hydrolienne, faut-il le rappeler, consiste à récupérer l’énergie du flux naturel d’un cours d’eau ou d’un courant marin et de le convertir en électricité par le biais du couplage d’une turbine actionnée par l’eau et d’un générateur. Cette technologie en est encore à ses débuts et fait l’objet de recherches et d’essais techniques. Le potentiel de l’hydrolienne est généralement jugé intéressant, mais il peut encore poser certains problèmes en matière de maintenance et de protection écologique.

JPEG - 154.8 ko
Les hydroliennes HydroQuest se composent de turbines hydrauliques à axe de rotation vertical.
Elles reposent sur une barge flottante amarrée au fond du fleuve
afin de faciliter leur contrôle et leur maintenance (Crédit photo Hydroquest)

Le projet qui devrait être opérationnel en 2018 sur le Haut-Rhône français a reçu le feu vert de l’Agence nationale de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Il sera constitué d’une ferme de 39 hydroliennes fluviales HydroQuest River, d’une puissance installée totale de plus de 2 MW et d’une production moyenne annuelle de 6700 MWh (soit la consommation annuelle d’environ 2700 habitants). Ces hydroliennes fabriquées par le groupe CMN fonctionneront dans un secteur du fleuve très encaissé, sur un linéaire de 2 kilomètres, par groupes de 3 distants de quelque 150 mètres. CNR sera en charge de leur exploitation, de leur maintenance et de l’ingénierie hydroélectrique de la ferme.

"Ce projet de ferme d’hydroliennes fluviales constitue une première mondiale de par sa dimension et sa complexité, explique Ahmed Khaladi, chef de projet chez CNR. Il permettra de valider la viabilité technico économique de cette récente et innovante technologie de production d’énergie renouvelable". (Source : Informations CNR)




Mots-clés

Mots d’eau

  • Eaux usées

    "Face à une demande alimentaire croissante et des pénuries d’eau de plus en plus fréquentes, il est temps d’arrêter de considérer les eaux usées comme des déchets pour plutôt les voir comme des ressources pouvant être utilisées pour cultiver ou encore pour lutter contre les pénuries d’eau dans le secteur agricole." (FAO, Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, 19 janvier 2017)


Contact Lettre d'information