AccueilBloc-Notes

22 mars 2021.

Prix de l’eau dans les villes françaises : + 10 % en 10 ans

Selon une enquête menée par le magazine français « 60 millions de (...)

Selon une enquête menée par le magazine français « 60 millions de consommateurs » sur les prix de l’eau pratiqués dans les villes, il apparaît qu’entre 2011 et 2020 les factures d’eau ont grimpé de plus de 10 % en moyenne dans plus de la moitié des 130 collectivités prises en compte, dépassant le rythme de l’inflation.

Le prix moyen du mètre cube d’eau est d’environ 4 euros avec des écarts qui vont du simple au quintuple selon les villes : de 1,45 euro/m3 à Antibes à 8 euros à Mamoudzou (Mayotte). Les plus fortes hausses enregistrées durant la décennie concernent des villes moyennes : c’est à Pau que l’augmentation a été la plus forte (+43%, à 4,27 euros).

Pour expliquer ces hausses, le mensuel de l’Institut national de la consommation (INC) pointe notamment du doigt des normes environnementales plus strictes, la nécessité de combler les retards dans la modernisation des réseaux et des équipements, ainsi que le relèvement de la TVA sur les factures d’assainissement (de 5,5% à 7% en 2012).

L’étude met également en évidence d’une part que le passage en gestion publique dans plusieurs villes n’a généralement pas fait baisser l’addition (“le retour dans le giron public n’est pas une recette miracle”), et que d’autre part il faut s’attendre à des difficultés supplémentaires dues au réchauffement climatique et à son impact sur les ressources en eau.




Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information