AccueilInfosOn en parle

5 février 2006.

Le patron de Nestlé dénonce le gaspillage de l’eau par les paysans

Dans un entretien paru dans le journal économique et financier (...)

Dans un entretien paru dans le journal économique et financier français "La Tribune", Peter Brabeck-Lethmathe, patron de Nestlé, géant suisse de l’eau et de l’agroalimentaire, demande que le secteur agricole paie son utilisation à un "prix correct" : "On ne peut pas continuer ce gaspillage, les agriculteurs doivent optimiser leur utilisation de l’eau (…) En tant que leader mondial dans le domaine de la nutrition, nous avons une responsabilité en la matière".

"Il faut que l’agriculture paie son eau un prix correct", poursuit-il, affirmant que ce secteur "paie rarement l’eau, qu’elle utilise abondamment, à sa juste valeur". L’agriculture utilise 70 % de l’eau exploitée sur la planète, l’industrie 20 % et les particuliers 10 %, fait-il observer. Il déplore aussi que "non seulement nous avons en Europe une agriculture subventionnée mais en plus son recours à l’eau est subventionné".

Peter Brabeck-Lethmathe prône aussi une amélioration des infrastructures défaillantes dans les pays en développement, où 40 à 60 % de l’eau est perdue. En Occident, les pertes sont évaluées entre 20 % et 30 %. "Le danger c’est exactement comme dans le cas du pétrole, nous sommes en train d’utiliser plus d’eau que la nature ne peut en fournir". Et le PDG de Nestlé de rappeler que "ces réserves ne sont pas renouvelables". (Source : ATS)




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information