AccueilInfosOn en parle

17 février 2010.

Le Venezuela veut sanctionner sévèrement le gaspillage d’eau

À partir du 1er mars, les consommations excessives d’eau des (...)

À partir du 1er mars, les consommations excessives d’eau des Vénézuéliens seront sanctionnées par des majorations de tarifs, et le cas échéant par des coupures de service : c’est le moyen que prend le gouvernement pour tenter de freiner la baisse de ses réserves d’eau dans les retenues d’où il tire une grande partie de sa production d’électricité.

Dans une interview au quotidien Ultimas Noticias et se référant au système de facturation de la ville de Caracas, le ministre de l’environnement Alejandro Hitcher a expliqué que chaque mètre cube d’eau dans les quartiers résidentiels coûtera un bolivar (environ 17 centimes d’euro) pour une consommation mensuelle ne dépassant pas les 40 mètres cubes.

Au-delà de cette marge, le tarif passera à 3,5 bolivars et à 5 bolivars le litre au-delà des 100 mètres cubes. Dans les secteurs commerciaux et industriels, les excès de consommation seront sanctionnés par des encaissements allant jusqu’à 7 bolivars par mètre cube d’eau. Et le ministre de préciser que le service d’eau serait purement et simplement coupé à ceux qui continueraient de la gaspiller sous prétexte qu’ils ont les moyens de payer de telles surtaxes.

La raison de ces mesures drastiques, qui s’ajoutent à des coupures d’eau organisées par quartiers deux jours par semaine, est de prévenir l’effondrement du réseau de distribution d’électricité d’origine hydraulique, ce qui serait le cas si en raison de la sécheresse le niveau du barrage de Guri, qui assure près de la moitié de l’approvisionnement hydro-électrique, descendait en-dessous de son niveau critique de 240 mètres d’altitude, soit quelque 17 mètres de moins que son niveau actuel.

Le gouvernement, qui a déjà récemment lancé un programme de restrictions de courant électrique, compte investir cette année environ 4 milliards de dollars dans une trentaine de projets de centrales thermiques pour compenser la baisse de production hydro-électrique. Selon les partis d’opposition, la situation actuelle de pénurie énergétique serait imputable au gouvernement qui a trop faiblement investi dans ce secteur depuis qu’il est au pouvoir. (Source : presse vénézuélienne)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information