AccueilClins d’eau

30 avril 2017.

Le Pô, du Piémont à l’Adriatique

De par sa longueur (652 kilomètres), son débit (jusqu’à 10’000 m3/s (...)

De par sa longueur (652 kilomètres), son débit (jusqu’à 10’000 m3/s près de Ferrare) et la dimension de son bassin (71 057 km2, soit un quart de la superficie du pays), le Pô est le plus important des fleuves d’Italie. Non seulement sa plaine est la plus vaste et la plus fertile de la Péninsule, mais ce bassin fluvial, peuplé de quelque seize millions d’habitants, est l’un des principaux moteurs de l’économie italienne.

JPEG - 156.9 ko
Le Pô prend sa source au pied du mont Viso, dans le Piémont,
non loin de la frontière avec le Queyras français (© Fotolia/tiso)
JPEG - 236.1 ko
À Turin, les quais des Murazzi doivent leur nom aux murs massifs construits
au 19e siècle pour protéger la ville contre les inondations.(© Fotolia/pikappa51)
JPEG - 234.9 ko
Le Pô et les Alpes (© Fotolia/calzolaro)
JPEG - 192.1 ko
Le Pô, à proximité de Cremona (© Fotolia/juliuspayer)
JPEG - 194.4 ko
Dans la plaine du Pô, inondée (© Fotolia/lulu)
JPEG - 112.5 ko
En 2015, le Delta du Pô a été inscrit par l’Unesco dans la liste
du Réseau mondial des réserves de biosphère (© Fotolia/bevilacqua)


Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information