AccueilInfosOn en parle

15 février 2006.

Le GIPRI veut évaluer la coopération israélo-palestinienne sur l’eau

Le GIPRI (Geneva International Peace Research Institute), en (...)

Le GIPRI (Geneva International Peace Research Institute), en association avec les départements de science politique et de géographie de l’Université de Genève, le Réseau Environnement de Genève (GEN) et l’IPCRI (the Israel/ Palestine Center for Research and Information) lance son premier projet de recherche soutenu par le RUIG (Réseau universitaire international genevois).

La recherche, intitulée « Études, travaux et projets Israélopalestiniens sur l’eau : une évaluation de douze années de coopération » vise à évaluer l’impact de ces projets dans le but de fournir des recommandations pour l’amélioration d’une future cooperation entre les deux parties. Cette recherche est prévue pour une durée de 10 mois et ses résultats seront diffusés aux parties intéressées et aux financeurs.

Depuis la première conférence internationale israélo-palestinienne sur l’eau, qui s’était tenue à Zurich en décembre 1992, de nombreuses recherches ont été menées en Israël et en Palestine sur l’évaluation et la gestion des ressources, le recyclage et le traitement des eaux usées, la gestion transfrontalière des nappes phréatiques, la modélisation économique de l’usage de l’eau.

En tant qu’institut de recherche pour la paix, le GIPRI s’est intéressé à ce problème de première importance au Moyen Orient. Il mène deux projets indépendants et parallèles qui le concernent. Le premier est l’organisation d’une conférence internationale qui fera le point et effectuera des propositions communes aux parties intéressées. La seconde est l’étude académique en cours qui devra procéder à l’identification, le recensement, l’impact concret sur le terrain, puis l’analyse et l’évaluation exhaustive de tous les projets et travaux de coopération infra étatique dans le domaine de l’eau lancés depuis les accords d’Oslo.

Informations détaillées sur le site du GIPRI




Mots-clés

Glossaire

  • Pénurie

    Les pénuries surviennent lorsqu’il n’y a pas assez d’eau pour satisfaire à la fois les demandes humaines et les besoins de la nature, soit parce que cette eau fait physiquement défaut, soit parce que la demande est excessive ou que la ressource a été surexploitée, soit parce que le manque d’infrastructures, de moyens financiers ou de compétences techniques ne permet pas à une population de s’approvisionner en eau de quantité et de qualité suffisantes, soit aussi parce que des groupes humains sont empêchés par d’autres d’y avoir accès.

Mot d’eau

  • Un grand fleuve

    C’est le destin de tous les grands fleuves que d’être unique au monde, et chacun pour lui sans jamais pouvoir en toucher d’autres autrement que pour l’absorber (...) Le Fleuve, même si proche, ignore tous ses congénères. Il ne se sépare de l’immense nappe souterraine que pour couler aussitôt une âpre vie singulière, isolée par des barrières que jamais son Génie ne surmontera, et delà, on sait vers quel néant marin il se dissout ... (Victor Segalen, 1878-1919)


Contact Lettre d'information