AccueilInfosOn en parle

10 février 2009.

L’eau, problème n°1 du Darfour

Les Nations Unies et les grandes puissances ne s’attaquent pas aux (...)

Les Nations Unies et les grandes puissances ne s’attaquent pas aux vraies causes de la crise du Darfour, entre autres la pénurie d’eau et le sous-développement. C’est en tout cas le point de vue, défendu lors d’une conférence à l’Université américaine du Caire, par Jeffrey Sachs, conseiller du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. « Les diplomates comme les stratèges militaires et politiques discutent du problème sous l’angle de la stratégie, du maintien de la paix, de la géopolitique et autres, mais pas sous celui de l’eau et du développement ».

Jeffrey Sachs, par ailleurs directeur de l’Institut de la Terre de l’Université de Columbia à New York, explique que les populations nomades et pastorales du nord du Darfour, en manque d’eau, ont été contraintes de se déplacer vers le sud. Elles y ont trouvé des populations sédentaires qu’elles ont tenté d’éliminer pour s’approprier leurs ressources en eau. C’est peut-être une explication simpliste, dit-il, mais elle n’est pas fausse.

Il raconte aussi avoir été invité un jour à l’ONU pour une réunion urgente sur les problèmes d’eau au Darfour, mais en fait il s’agissait seulement de savoir comment on allait pouvoir ravitailler les 26’000 casques bleus que l’on s’apprêtait à envoyer sur place. Il dit avoir eu beau insister sur le fait que sept millions de personnes étaient concernées par ce problème, rien il n’a pas été écouté.

En juillet 2008, dans l’hebdomadaire Newsweek, Jeffrey Sachs avait déjà attiré l’attention sur l’émergence de nouvelles crises dues, comme au Darfour, à la pénurie croissante d’eau dans les régions semi-arides. Les migrations de populations déclenchent des tensions. Ces conflits ne sont pas forcément inévitables mais ils sont souvent exacerbés par l’attitude démagogique de certains politiciens et alimentés par le désespoir. « Ceux qui observent la situation du dehors, dit-il, ont tendance à expliquer la violence par des arguments religieux, culturels et politiques. Mais ils en négligent les causes sous-jacentes : l’eau, la nourriture et le travail. » (Sources : agences, Newsweek)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information