AccueilInfosOn en parle

23 juin 2008.

États-Unis : une coalition de maires contre l’eau en bonbonnes

Réunie à Miami, la conférence des maires des États-Unis a voté une (...)

Réunie à Miami, la conférence des maires des États-Unis a voté une résolution encourageant les municipalités à restreindre leur utilisation d’eau en bonbonnes et à promouvoir les systèmes d’approvisionnement du secteur public.

Cette résolution, rédigée par le maire de San Francisco Gavin Newsom et soutenue par les maires de 17 grandes villes américaines, vise à réorienter vers d’autres services publics l’argent actuellement consacré par les administrations municipales à la fourniture de l’eau en bonbonnes.

Selon Gavin Newsom, « les villes envoient un faux message sur la qualité de l’eau publique lorsqu’elles dépensent l’argent des contribuables pour acheter à des sociétés privées de l’eau dans des bonbonnes jetables (…) Nos réseaux publics de distribution sont parmi les meilleurs du monde et réclament des investissements conséquents et constants ».

Cette résolution de la conférence des maires fait suite à la décision déjà prise par une soixantaine de municipalités de résilier leurs contrats avec des fournisseurs d’eau en bonbonnes en raison des impacts environnementaux et sociaux de tels achats.

Des études menées à l’initiative de la conférence au cours des derniers mois a démontré que l’eau en bonbonnes est vendue au moins 4’000 fois plus chère que l’eau du robinet alors que 40 % de cette eau provient de la même source. San Francisco et d’autres grandes villes dépensaient jusqu’ici plus de 500’000 dollars par an en contrats avec des distributeurs privés, sans compter les quelque 70 millions de dollars annuels pour se débarrasser des bonbonnes en plastique. Les villes ont actuellement besoin d’au moins 22 milliards additionnels tous les ans pour l’entretien et le développement des réseaux publics.

« Que les villes cessent d’engraisser l’industrie de l’eau en bouteilles aux frais du contribuable est une question de bon sens » estime Gigi Kellett, directeur national de la campagne nationale ‘Think Outside the Bottle’ : « cette résolution envoie le message fort que l’eau du robinet est meilleure que l’eau en bouteille pour notre environnement, pour notre porte-monnaie et pour un accès durable et équitable à notre ressource la plus essentielle. » (Sources : agences américaines)

Liens

The U.S. Conference of Mayors
Site de la Campagne Challenge Corporate Control of Water - Think Outside the Bottle-




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information