AccueilInfosOn en parle

24 janvier 2018.

En Europe, des risques d’inondations toujours plus grands

Les risques d’inondations, résultant du réchauffement climatique, (...)

Les risques d’inondations, résultant du réchauffement climatique, vont très probablement se multiplier en Europe dans les années à venir, affectant des populations plus nombreuses qu’aujourd’hui et causant des dommages matériels toujours plus graves. C’est la conclusion fournie par une étude publiée par la revue "Climate" sous l’égide du Centre commun de recherche de la Commission européenne.

Les auteurs de cette étude [1] s’étaient donné pour objectif d’identifier "des tendances cohérentes, indépendantes des modèles utilisés, du risque d’inondation en Europe sous l’influence du changement climatique". Pour ce faire, ils ont comparé les résultats de trois précédentes recherches approfondies évaluant l’impact socio-économique d’inondations et prenant en compte un large éventail de méthodes et de données pertinentes relatives au climat. Pour quantifier les impacts futurs des inondations, ils se sont basés sur trois scénarios de réchauffement planétaire, respectivement de 1.5, 2 et 3 degrés Celsius, par rapport à l’ère préindustrielle.

Même dans le scénario le plus optimiste de 1.5 degrés, les chercheurs prévoient que les dommages causés en Europe par les inondations devraient plus que doubler (jusqu’à 15 milliards d’euros par an) et pourraient affecter quelque 650’000 personnes chaque année (soit 86 % de plus qu’aujourd’hui). Dans le scénario d’une hausse des températures de 3 degrés, le montant des dommages augmenterait de 145 % (17 milliards d’euros par an), touchant 780’000 personnes (+123 %).

Selon ces projections, la majeure partie de l’Europe centrale et occidentale devrait connaître - de manière assez constante et dans toutes les zones de faible altitude - une augmentation substantielle des risques d’inondation, ceux-ci étant d’autant plus importants là où le réchauffement est plus élevé. Par contre, il apparaît que dans certains pays d’Europe de l’Est, malgré une hausse des températures, le risque d’inondation serait plutôt à la baisse. Dans les pays du Sud (Espagne, Portugal, Grèce), les prévisions semblent plus incertaines et difficiles à établir.

Dans leurs conclusions, les chercheurs notent que les aggravations prévisibles des risques d’inondation pourraient être atténuées en limitant le réchauffement climatique à des seuils de température plus bas [2]. Mais malgré cela, disent-ils, et même dans le scénario le plus optimiste, il faut s’attendre en Europe à une augmentation considérable du risque d’inondation. (bw)



Notes

[1L.Alfieri, F.Dottori, R.Betts, P.Salamon & L.Feyen, "Multi-Model Projections of River Flood Risk in Europe under Global Warming", Climate, 24 January 2018.

[2L’Accord de Paris conclu en 2015 incite les États à lutter contre la menace des changements climatiques, notamment "en contenant l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2° C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5° C par rapport aux niveaux préindustriels, étant entendu que cela réduirait sensiblement les risques et les effets des changements climatiques" (article 2).

Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • "N’offrez l’eau qu’aux enfants"

    “Quand vous voyez votre voisin à table verser du vin en son verre, ne vous hâtez pas à y verser de l’eau. Pourquoi voulez-vous noyer la vérité ? Il est vraisemblable que votre voisin sait mieux que vous ce qui lui convient. Peut-être il n’aime pas l’eau : peut-être il n’en veut mettre que quelques gouttes par complaisance pour la mode : peut-être il ne veut pas qu’un autre observe combien peu il en met dans son verre. Donc, n’offrez l’eau qu’aux enfants. C’est une fausse complaisance et bien incommode.” (Benjamin Franklin, Lettre à l’Abbé Morellet, (...)

Glossaire

  • Aquifère

    Ensemble solide et délimité de roches perméables - sable, gravier, roches fissurées ou calcaires - contenant une zone dans laquelle l’eau constituée en nappe souterraine peut circuler librement et y être captée. On distingue plusieurs types d’aquifères en fonction notamment de leur structure géologique qui conditionne la vitesse d’écoulement de l’eau (de quelques mètres par jour à plusieurs centaines de mètres par heure).


Contact Lettre d'information