AccueilBloc-Notes

31 mars 2017.

Des tonnes de munitions gisent dans le Léman genevois

L’immersion volontaire de munitions non utilisées était pratique (...)

L’immersion volontaire de munitions non utilisées était pratique courante, après la Seconde guerre mondiale notamment, y compris dans les lacs suisses. Le Léman genevois n’y a pas échappé, rappelle La Tribune de Genève qui consacre un dossier à la présence "encombrante et méconnue" de munitions dont une entreprise privée et l’armée se sont jadis débarrassées non sans l’aval des autorités de l’époque. Le gouvernement cantonal se veut aujourd’hui rassurant : il n’y aurait pas de risque de contamination des eaux. Mais en l’absence d’études sérieuses sur ces dépôts encore mal localisés, la question est posée : serait-il raisonnable, dans ces conditions, d’ouvrir en ces lieux un vaste chantier comme celui d’une traversée du lac ?




Glossaire

  • Bief

    À l’origine, ce mot désignait un canal de dérivation amenant les eaux d’un cours d’eau vers une installation hydraulique (roue à aubes de moulin, turbine hydroélectrique, etc.) ou vers des ate-liers utilisant l’énergie hydraulique (usines de tissage, scieries, etc.). Par bief, on entend aussi aujourd’hui une section de cours d’eau entre deux chutes ou d’un canal de navigation entre deux écluses.

Mot d’eau

  • Eaux usées

    "Dans un monde où la demande en eau douce augmente sans cesse, et où les ressources en eau limitées subissent de plus en plus des contraintes du fait de la surexploitation, de la pollution et des changements climatiques, il est tout simplement impensable de négliger les opportunités qu’offre l’amélioration de la gestion des eaux usées." (Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau 2017)


Contact Lettre d'information