AccueilBloc-Notes

27 mars 2018.

Ces vilains petits canards dans la baignoire

Des chercheurs de l’Institut fédéral sur l’eau (Eawag), de l’EPF de (...)

Des chercheurs de l’Institut fédéral sur l’eau (Eawag), de l’EPF de Zurich et de l’Illinois-University se sont intéressés de près à la menace que présentent pour la santé des enfants les canards de bain, apparemment inoffensifs. Pourquoi donc ? "Parce qu’ils sont à l’interface entre eau potable, plastiques, pollutions exogènes et personnes sensibles." C’est que le climat des salles de bain, chaud et humide, crée des conditions idéales pour le développement de bactéries et de champignons à l’intérieur même des jouets. Des germes potentiellement pathogènes, entre autres des légionnelles, ont été observés dans 80% des canards jaunes découpés et analysés en laboratoire : c’est le caoutchouc des jouets qui leur sert de nourriture. Faut-il alors bannir les canards de bain ? Il faudrait peut-être commencer, disent les chercheurs, par durcir la réglementation sur les polymères, souvent de piètre qualité, qui sont utilisés dans leur fabrication.




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information