AccueilInfosOn en parle

22 mars 2017.

AQUA. Les artistes contemporains et les enjeux de l’eau (expo)

À Genève, au Château de Penthes, du 23 mars au 2 juillet 2017, ART (...)

À Genève, au Château de Penthes, du 23 mars au 2 juillet 2017, ART for The World présente AQUA, une exposition itinérante sur l’eau et son importance pour l’homme, la faune et la flore. On peut y voir les oeuvres, pour la plupart inédites, de 32 artistes contemporains provenant de divers horizons, touchant à la préservation de l’eau. Cette exposition a pour ambition d’éveiller l’attention du public autour de la notion de l’interdépendance, essentielle à l’environnement et au futur de la planète : lorsque l’eau est menacée, toutes les formes de vie sur Terre le sont aussi.

"Nous savons – commente Adelina von Fürstenberg, Commissaire de l’exposition – que l’activité humaine a un impact direct sur les ressources naturelles, tout comme sur les animaux et les plantes, avec lesquels nous partageons la Terre. Les écosystèmes ravagés, le changement climatique, les espèces en voie d’extinction, la survie de la faune et de la flore dans les zones en développement etc., nous poussent à questionner la relation entre les hommes et les autres formes de vie".

JPEG - 190.4 ko
Carlos Montani (Argentine) - Aqua Planetae, 2012 - en cours
Collection d’échantillons d’eau de différentes régions du monde conservés comme héritage
pour les générations futures. Il s’agit d’un travail encore en cours, initié le 22 mars 2012,
et comprenant aujourd’hui quelque 1700 échantillons de 53 pays des six continents.

AQUA propose ainsi un large spectre de réflexions autour des grandes interrogations d’actualité liées à la ressource eau : son statut de bien public dans un monde où l’économie globale est en train d’en faire une marchandise, le droit à l’eau potable comme un droit fondamental de tout être vivant, sa valeur symbolique et spirituelle, ses contaminations en tous genres et les rivalités qu’elle peut susciter ici et là.

Inaugurée le 22 mars 2017, dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, l’exposition AQUA permet à 32 artistes contemporains d’exprimer leur engagement pour un élément dont toute l’humanité est tributaire. Elle a été conçue et produite par ART for the World, une ONG fondée en 1996 et affiliée au Département de l’information publique des Nations Unies pour mobiliser l’art, le cinéma et la culture contemporaine autour des questions majeures de la société.

JPEG - 199.9 ko
Gal Weinstein (Israël) - Nahalal (Partly Cloudy), 2011 (détail)
Cette installation, surmontée de deux nuages solitaires, est réalisée
à partir de morceaux de moquette industrielle assemblés en puzzle.
Elle renvoie à l’image, fortement gravée dans la mémoire collective israélienne,
des premières colonies coopératives agricoles installées sur une terre stérile.

Présentée en avant-première à Genève, cette exposition itinérante voyagera ensuite sur d’autres continents, à commencer par l’Amérique latine (São Paulo, Brésil, de novembre 2017 à février 2018). À Genève, AQUA est présente en deux endroits : en ville sur l’Île Rousseau, au milieu du Rhône, et au Château de Penthes à Pregny-Chambésy, dans le quartier des organisations internationales. L’exposition est accompagnée d’un catalogue de 120 pages en couleurs.

(Illustrations extraites du dossier de presse "Art fort the World")




Mots-clés

Agenda

Glossaire

  • Crue, inondation

    La crue est un phénomène caractérisé par la montée plus ou moins forte du niveau d’un cours d’eau et par une nette augmentation de son débit. Elle ne se traduit pas forcément par un débordement de son lit habituel. On parle d’inondation lorsqu’une crue entraîne la submersion par un cours d’eau de son espace d’expansion naturelle (lit majeur) ou aménagé dans ce but, mais aussi des terres cultivées et des zones habitées, mettant alors en danger les riverains et pouvant causer d’importants dommages à leurs biens.

Mot d’eau

  • “Quel épouvantable désastre !”

    “Près de deux mille maisons écroulées ; sept cents morts ; tous les ponts emportés ; un quartier rasé, noyé sous la boue ; des drames atroces ; vingt mille misérables demi-nus et crevant la faim ; la ville empestée par les cadavres, terrifiée par la crainte du typhus ; le deuil partout, les rues pleines de convois funèbres, les aumônes impuissantes à panser les plaies. Mais je marchais sans rien voir, au milieu de ces ruines. J’avais mes ruines, j’avais mes morts, qui m’écrasaient.” (Émile Zola, "L’inondation", 1883.)


Contact Lettre d'information