AccueilInfosOn en parle

28 février 2007.

2500 litres de pluie en 4 jours à La Réunion

Dans son bilan météorologique du cyclone tropical « GAMEDE » qui a (...)

Dans son bilan météorologique du cyclone tropical « GAMEDE » qui a touché La Réunion entre le 23 et le 28 février, Météo-France confirme la grosse abondance de précipitations qu’il a générées dans l’intérieur de l’île. Les pluies n’ont pas connu de pics d’intensité extrêmes, mais l’accumulation sur la durée a produit des lames d’eau excédant fréquemment les 2 mètres dans les Hauts.

L’arrosage a été à peu près uniforme et l’on peut même noter que les Hauts du Sud et de l’Ouest ont été particulièrement bien servis, ce qui devrait efficacement contribuer à résorber l’érosion de la ressource en eau de ces régions observée depuis quelque temps. Sur quatre jours, les stations automatiques de Météo-France ont ainsi relevé des valeurs allant jusqu’à 2586 mm à Cilaos, 2125 mm à La Plaine des Chicots (Hauts du Nord) et 2132 mm à Ilet à Vidot. Par contre, les valeurs n’ont eu aucun caractère remarquable sur les zones côtières.

Ces précipitations, précise Météo-France ne constituent pas des records, mais sont globalement supérieures à celles observées lors des derniers épisodes pluvieux marquants en date, à savoir celles de la tempête tropicale DIWA et du cyclone DINA. Elles demeurent toutefois loin derrière "l’avalasse" HYACINTHE, qui demeure la référence en la matière. En janvier 1980, on avait alors enregistré plus de 5678 mm à Commerson à une altitude de 2320 mètres. (Source : Météo-France)



Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information