AccueilInfosDossiers

L’eau et la diversité culturelle

Les savoir-faire traditionnels



Les outils de la gestion durable de l’eau

Le message de Pietro Laureano, animateur du Centre italien d’études des savoirs traditionnels et locaux, est relativement simple et absolument clair : les savoir-faire traditionnels, en particulier (...)
Lire la suite

Les bisses, hauts-lieux du patrimoine valaisan (Suisse)

Les bisses étaient jadis d’une importance absolument vitale pour les populations paysannes. Ces canaux de terre ou de bois, aménagés sur le flanc des coteaux du Valais ou suspendus à ses falaises, (...)
Lire la suite

Le puits, au cœur de la vie des Borans (Kenya)

La majorité des Borans (que l’on désigne aussi parfois sous le nom d’Oromos, un peuple dont ils sont issus de longue date) habitent en Ethiopie, mais une partie d’entre eux s’est toutefois installée (...)
Lire la suite

Les Karajas, peuple de l’eau (Brésil)

Les Karajas forment l’un des quinze peuples amérindiens vivant dans la savane arborée du Cerrado, au centre du Brésil et à la limite de l’Amazonie. Edith Wenger, chargée de mission auprès du (...)
Lire la suite

Les glaciers artificiels du Ladhak (Inde)

Chewang Norpnel est aujourd’hui à la retraite, mais il mène au Ladakh une vraie bataille de l’eau. Les habitants de cette région de l’État indien du Jammu-et-Cachemire l’ont même surnommé, paraît-il, (...)
Lire la suite

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information