AccueilInfosOn en parle

19 novembre 2021.

Qui se soucie vraiment des toilettes ?

Dans le calendrier de l’ONU et depuis une petite dizaine d’années, (...)

Dans le calendrier de l’ONU et depuis une petite dizaine d’années, la date du 19 novembre est dédiée à la Journée mondiale des toilettes. Avec pour thème, en 2021, une invitation à s’interroger sur « La valeur des toilettes ». Car qui s’en soucie ? Qui se préoccupe vraiment, et efficacement, des trois milliards et demi de personnes qui de par le monde ne disposent pas d’installations convenables d’hygiène et d’assainissement ? Qui s’inquiète du sort des quelque 700 enfants de moins de cinq ans qui chaque jour meurent de diarrhées dues à de l’eau insalubre ? [1]

Cette année, la campagne organisée à l’occasion de cette Journée attire plus particulièrement l’attention sur le fait que « les toilettes, et les systèmes d’assainissement auxiliaires, souffrent d’un sous-financement, d’une piètre gestion et d’un désintérêt dans de nombreuses régions du monde. Les conséquences sont dévastatrices pour la santé, l’économie et l’environnement, au sein notamment des populations les plus pauvres et les plus marginalisées ».

Elle insiste une fois encore sur l’importance de s’engager pour l’amélioration de l’assainissement : chaque pièce de monnaie investie dans des services sanitaires élémentaires peut rapporter jusqu’à cinq fois plus, grâce au recul des maladies, aux gains de productivité et à la création d’emplois tout au long de la chaîne de services.

La révolution des toilettes

Cette Journée mondiale des toilettes est aussi l’occasion pour l’Institut Fédéral Suisse des Sciences et Technologies de l’Eau (Eawag) de rappeler qu’ « une révolution silencieuse est en cours dans les toilettes » : depuis plusieurs années, ses chercheurs étudient « comment les toilettes peuvent passer de la poubelle rincée à l’eau à un point de collecte des matières recyclables ». [2]

À ce propos, on lira avec intérêt sur le site de l’Eawag les explications du Professeur Kai Udert qui, avec une équipe de scientifiques et de designers, a développé un système de toilettes permettant de recycler sur place des nutriments contenus dans les eaux usées plutôt que de les laisser se déverser dans les cours d’eau et les lacs.

Il est absolument convaincu qu’il faut aujourd’hui considérer les déjections humaines comme des ressources et non plus comme des déchets : « Il est utile que les flux de matières, soit l’urine, les excréments et éventuellement l’eau de rinçage, soient récoltés séparément. Ils peuvent ensuite être recyclés efficacement et, pour l’urine par exemple, être réutilisés comme engrais ».

Toutefois deux remarques s’imposent. La première est que « l’utilisation de l’urine comme engrais ne doit pas entraîner de risque sanitaire dû à des agents pathogènes ou à des résidus de médicaments ». La seconde est qu’il faut désormais passer du stade expérimental à l’étape de l’industrialisation d’un procédé qui a fait ses preuves. L’Eawag collabore déjà dans ce sens avec des partenaires privés sur des modèles de toilettes capables de séparer excréments et urine.

Il faudra sans doute patienter quelques années avant que de telles installations ne soient commercialisées à grande échelle. Mais l’entreprise LAUFEN Bathrooms AG vient déjà de recevoir le Prix suisse du design 2021 pour un modèle innovateur de cuvette WC conçue comme un « piège à urine » [3].



Notes

[1Télécharger le dossier de la Journée mondiale des toilettes 2021 :
« Qui se soucie des toilettes ? »

[2Voir l’article aqueduc.info du 26 septembre 2018 :
Et si l’on faisait meilleur usage des eaux usées ?.

[3Le WC à séparation d’urine Save !, développé par l’entreprise LAUFEN Bathrooms AG en collaboration avec l’Eawag et un studio de design autrichien est doté d’un « piège » invisible qui dirige l’urine vers une sortie séparée en exploitant la tension de surface, ce qu’en mécanique des fluides on appelle « l’effet théière ». Ce système ne fait appel à aucun moyen technique supplémentaire mais requiert une géométrie sophistiquée de la cuvette. Les matières solides, le papier toilette et l’eau de rinçage sont évacués comme dans les systèmes traditionnels.
- En savoir plus sur cette innovation >

Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information