AccueilInfosOn en parle

6 janvier 2015.

Mesure du niveau de l’eau terrestre : le projet SWOT va de l’avant

Thales Alenia Space, groupe franco-italien de l’industrie (...)

Thales Alenia Space, groupe franco-italien de l’industrie spatiale basé à Cannes, s’est vu confier la construction du satellite d’observation SWOT (Surface Water and Ocean Topography) destiné à mesurer le niveau des océans et des eaux de surface ainsi que leurs débits et dont le lancement est programmé pour 2020.

Si, jusqu’à présent, il était déjà possible, grâce aux satellites altimétriques conventionnels (du type Jason en particulier) d’observer les océans et de mesurer leurs variations de niveau, ce n’était pas le cas pour les plans d’eau continentaux ou les fleuves, tout simplement parce que la résolution spatiale des radars utilisés était insuffisante pour ce type de mesures.

C’est en cela que le projet SWOT, mené conjointement par la NASA et le Centre national français d’études spatiales (CNES) se veut innovateur : son satellite devrait emporter avec lui un nouveau type d’instrument (radar interféromètre KaRin) offrant une résolution de l’ordre de 50 à 100 mètres et permettant ainsi d’observer et de mesurer l’évolution des lacs, des étangs et des zones humides ainsi que les débits des grands cours d’eau.

Sur le plan océanographique, la mission SWOT, grâce à une meilleure résolution de ses équipements, pourra également fournir des données plus précises sur la hauteur de la surface des océans et des vagues et d’utiles indications notamment sur la circulation des eaux océaniques, les écosystèmes, la qualité de l’eau ou les transferts d’énergie. (Source : Thales Alenia Space).

- En savoir plus sur le site du CNES




Infos complémentaires

JPEG - 36.2 ko

Image extraite du communiqué de presse de la société Thales Alenia Space

Mots-clés

Glossaire

  • Amphibie

    Ce mot d’origine grecque signifie « double vie » et s’applique à des animaux et à des végétaux vivant dans l’eau mais capables en même temps de se développer hors de l’eau. C’est le cas des amphibiens (grenouilles, salamandres, etc.), mais aussi de certains mammifères (phoques, hippopotames, crocodiles, castors, etc.) et de quelques poissons et insectes. Les plantes amphibies, tels les nénuphars, ont une partie immergée et une autre émergée, parfois flottante ; certaines peuvent s’adapter à d’importantes variations du niveau d’eau.

Mot d’eau

  • Tout peut aisément s’expliquer ...

    « Tout ce qu’on voit encore se développer dans les airs et naître au-dessus de nous, tout ce qui se forme dans les nuages, tout enfin, neige, vents, grêle, gelées, et le gel si puissant qui durcit le cours des eaux et ralentit ou arrête ça et là la marche des fleuves, tout cela peut aisément s’expliquer, ton esprit n’éprouvera aucune peine à en comprendre les causes et à en pénétrer le secret, du moment que tu connais bien les propriétés des atomes. » (Lucrèce, 1er s. av.J.C.)


Contact Lettre d'information