AccueilBloc-Notes

19 octobre 2020.

« Voyage d’une goutte de pluie »

Un livre à manipuler

Photographe français originaire des Deux-Sèvres, non loin du Marais poitevin, Daniel Mar s’est longtemps servi du papier pour y coucher ses images. Il a plus tard choisi de l’utiliser dans sa création artistique « comme un matériel apte à être découpé, plié ou collé pour bâtir un monde fragile et improbable, poétique et métaphorique ». Devenu « sculpteur d’histoires », il a aussi opté pour cette technique particulière qui consiste à superposer des couches de papier pour leur donner une apparence de bas-relief et en faire le support visuel de ses récits.

Son « Voyage d’une goutte de pluie » relève de cette approche tactile du monde. Il propose ainsi aux enfants de découvrir - par la manipulation et le jeu - le long cycle de l’eau, des nuages jusqu’à la mer, en faisant couler une bille dans les méandres d’une rivière creusée dans la douzaine de pages d’un petit livre au format vertical et d’une belle épaisseur.

Le parcours liquide imaginé par Daniel Mar a toutefois quelque chose d’assez idyllique et l’évocation d’un passage de la goutte d’eau par une station d’épuration ne suffit pas à sensibiliser le jeune lecteur aux impacts des activités humaines sur le cycle de l’eau, pour le meilleur et pour le pire. L’auteur en est bien conscient. Mais comme cette première initiation par le livre est aussi une invitation implicite à la découverte visuelle et tactile de cette ressource dans la nature, peut-être l’enfant verra-t-il alors de ses propres yeux que l’eau n’est pas toujours aussi bienveillante à l’égard de l’homme et que celui-ci est parfois capable de la maltraiter quand bien même elle est absolument indispensable à toute vie. En prendre soin est aussi quelque chose qui s’apprend. (bw)


- Voir le site artpapier.fr de Daniel Mar.
- Voir la présentation de l’ouvrage sur youtube

« Voyage d’une goutte de pluie »
Conception et texte de Daniel Mar
Illustrations de Kiko
Éditions Tourbillon, Montrouge (France), 2020.

- Sur ce même thème, voir l’article aqueduc.info : Pourquoi il faut changer notre façon de dessiner le cycle de l’eau



Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information