AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2009

10 novembre 2009.

“L’eau et vous” : les riverains du Léman consultés par internet

Êtes-vous préoccupés par l’avenir du Lac Léman ? Buvez-vous de l’eau (...)

Êtes-vous préoccupés par l’avenir du Lac Léman ? Buvez-vous de l’eau du robinet ? Mangez-vous des poissons du lac ? Savez-vous d’où vient le phosphore ? Voilà le genre de questions que la CIPEL – Commission internationale pour la protection des eaux du Léman – pose à ses riverains suisses et français dans une consultation publique lancée sur internet et en certains des lieux qu’ils fréquentent, notamment sur les bateaux de la CGN (Compagnie générale de navigation). La CIPEL tiendra compte des avis recueillis pour finaliser sa stratégie de la prochaine décennie. Le sondage est disponible jusqu’au 15 décembre 2009 sur le site www.cipel.org

Le plan d’action des années 2001-2010 - « Pour que vivent le Léman et ses rivières » - est proche de son terme. La CIPEL estime qu’il aura permis d’accomplir de nombreux progrès qu’il convient à présent d’évaluer. Un pré-bilan de la situation a été dressé par différents groupes de travail et il servira de base à la définition du plan d’action de la décennie 2011-2020. Deux enseignements ressortent d’ores et déjà de ce pré-bilan :

- Il faut poursuivre les efforts pour la réduction du phosphore dans les eaux du Léman. L’objectif fixé pour 2010 de ramener son taux à un maximum de 20 microgrammes par litre ne sera pas atteint, malgré une baisse de 20 % depuis 2001. Les actions menées dans ce but ne sont pas remises en cause : interdiction du phosphate dans les lessives, développement et promotion des produits pour lave-vaisselle sans phosphate, réduction des engrais phosphatés dans l’agriculture, amélioration des stations d’épuration, etc. Mais les algues continuent de se développer de manière trop importante et nuisent aux activités de pêche ainsi qu’au bon fonctionnement des stations de pompage.

- Un autre objectif était de maintenir une qualité des eaux du lac permettant d’obtenir de l’eau potable à partir d’un simple traitement. Or, depuis 2004, des instruments de mesure plus sensibles ont mis en évidence la présence de micropolluants d’origine chimique tels les médicaments, filtres UV, pesticides industriels, etc. Pour la CIPEL, la vigilance reste de mise. Il est fait appel aux industries chimiques pour qu’elles diminuent leurs rejets, aux exploitants agricoles pour qu’ils limitent l’épandage de pesticides, mais aussi au grand public pour qu’il cesse de recourir à des produits de synthèse qui font véritablement problème. (Source : CIPEL)




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information