AccueilInfosOn en parle

3 juillet 2018.

Une nouvelle carte pour prévenir les inondations

La Suisse dispose désormais, à l’échelle nationale, d’un nouvel outil (...)

La Suisse dispose désormais, à l’échelle nationale, d’un nouvel outil pour prévenir les inondations sous la forme d’une carte de l’aléa ruissellement [1]. Aujourd’hui, du fait des changements climatiques et des pluies plus fréquentes et plus abondantes, près de la moitié des dégâts occasionnés en cas d’inondation sont imputables au ruissellement. Cette nouvelle carte, librement accessible sur le web, résulte de la collaboration entre l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), l’Association Suisse d’Assurances et l’Association des établissements cantonaux d’assurance.

Les crues ne sont pas toujours les seules responsables d’inondations. Celles-ci peuvent être causées par les eaux de pluie qui ne peuvent pas s’infiltrer dans les sols. Depuis quelques années, ce phénomène tend à se multiplier. L’un des derniers exemples en date est l’épisode orageux qui a frappé Lausanne en juin 2018. Avec la hausse des températures due au réchauffement climatique, les précipitations devraient se faire plus abondantes et plus fréquentes, ce qui devrait conduire à une recrudescence des épisodes de ruissellement. La nouvelle carte présente les régions suisses potentiellement menacées par le risque de ruissellement et indique les différentes hauteurs d’eau qui peuvent être atteintes [2]

En Suisse, près de deux tiers des bâtiments peuvent être concernés par des aléas de ruissellement. Les architectes, les maîtres d’ouvrage, les urbanistes, les autorités municipales ou les services d’intervention disposent donc désormais d’un outil qui les aidera à planifier des mesures de protection telles que le rehaussement des puits de lumière ou l’aménagement de seuils surélevés à l’entrée des parkings souterrains. La carte tient compte également des zones non bâties et sera également utile aux agriculteurs. Si les mesures de protection contre le ruissellement sont prises en compte dès la phase de planification d’un projet de construction, elles n’induisent que peu voire pas de coûts supplémentaires. (Information OFEV)

- La carte de l’aléa ruissellement en Suisse est librement accessible sur www.map.geo.admin.ch. De nature informative, elle n’a aucune valeur contraignante et vient compléter les cartes des dangers cantonales existantes.




Notes

[1"Le ruissellement ou écoulement de surface est constitué par la frange d’eau qui, après une averse, s’écoule plus ou moins librement à la surface des sols. L’importance de l’écoulement superficiel dépend de l’intensité des précipitations et de leur capacité à saturer rapidement les premiers centimètres du milieu poreux du sol, avant que l’infiltration, phénomène plus lent, soit prépondérante." (A.Musy, C.Higy, E.Reynard, "Hydrologie 1", 2014, p.189)

[2Lors de la création de la carte, l’ensemble du territoire suisse a été modélisé sur ordinateur. Il fallait pour cela disposer non seulement de données fiables quant aux quantités de précipitations, à la couverture et à l’état du sol ainsi qu’à sa capacité de rétention, mais aussi d’un modèle de terrain numérique à haute résolution. La carte décrit les voies d’écoulement des eaux ainsi que les zones à risque, elle indique également les différentes hauteurs d’eau qui peuvent être atteintes.

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information