AccueilInfosOn en parle

3 juillet 2018.

Une nouvelle carte pour prévenir les inondations

La Suisse dispose désormais, à l’échelle nationale, d’un nouvel outil (...)

La Suisse dispose désormais, à l’échelle nationale, d’un nouvel outil pour prévenir les inondations sous la forme d’une carte de l’aléa ruissellement [1]. Aujourd’hui, du fait des changements climatiques et des pluies plus fréquentes et plus abondantes, près de la moitié des dégâts occasionnés en cas d’inondation sont imputables au ruissellement. Cette nouvelle carte, librement accessible sur le web, résulte de la collaboration entre l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), l’Association Suisse d’Assurances et l’Association des établissements cantonaux d’assurance.

Les crues ne sont pas toujours les seules responsables d’inondations. Celles-ci peuvent être causées par les eaux de pluie qui ne peuvent pas s’infiltrer dans les sols. Depuis quelques années, ce phénomène tend à se multiplier. L’un des derniers exemples en date est l’épisode orageux qui a frappé Lausanne en juin 2018. Avec la hausse des températures due au réchauffement climatique, les précipitations devraient se faire plus abondantes et plus fréquentes, ce qui devrait conduire à une recrudescence des épisodes de ruissellement. La nouvelle carte présente les régions suisses potentiellement menacées par le risque de ruissellement et indique les différentes hauteurs d’eau qui peuvent être atteintes [2]

En Suisse, près de deux tiers des bâtiments peuvent être concernés par des aléas de ruissellement. Les architectes, les maîtres d’ouvrage, les urbanistes, les autorités municipales ou les services d’intervention disposent donc désormais d’un outil qui les aidera à planifier des mesures de protection telles que le rehaussement des puits de lumière ou l’aménagement de seuils surélevés à l’entrée des parkings souterrains. La carte tient compte également des zones non bâties et sera également utile aux agriculteurs. Si les mesures de protection contre le ruissellement sont prises en compte dès la phase de planification d’un projet de construction, elles n’induisent que peu voire pas de coûts supplémentaires. (Information OFEV)

- La carte de l’aléa ruissellement en Suisse est librement accessible sur www.map.geo.admin.ch. De nature informative, elle n’a aucune valeur contraignante et vient compléter les cartes des dangers cantonales existantes.




Notes

[1"Le ruissellement ou écoulement de surface est constitué par la frange d’eau qui, après une averse, s’écoule plus ou moins librement à la surface des sols. L’importance de l’écoulement superficiel dépend de l’intensité des précipitations et de leur capacité à saturer rapidement les premiers centimètres du milieu poreux du sol, avant que l’infiltration, phénomène plus lent, soit prépondérante." (A.Musy, C.Higy, E.Reynard, "Hydrologie 1", 2014, p.189)

[2Lors de la création de la carte, l’ensemble du territoire suisse a été modélisé sur ordinateur. Il fallait pour cela disposer non seulement de données fiables quant aux quantités de précipitations, à la couverture et à l’état du sol ainsi qu’à sa capacité de rétention, mais aussi d’un modèle de terrain numérique à haute résolution. La carte décrit les voies d’écoulement des eaux ainsi que les zones à risque, elle indique également les différentes hauteurs d’eau qui peuvent être atteintes.

Mots-clés

Mot d’eau

  • Eurêka !

    Comment mieux exprimer l’ivresse dont la raison, heureuse, fait flotter dans l’eau et l’intuition, bienheureuse, léviter dans l’air ? Archimède sentit le mouvement et se leva de l’émotion de ces deux éléments, comme s’il entendait le murmure des ondes et la vibration du vent. Et j’entends eurêka comme ce triple écho et du corps et de l’air et de l’eau. (Michel Serres [décédé le 1er juin 2019], "Biogée", 2010)

Glossaire

  • Karst

    Ce mot, dérivé du nom d’un haut-plateau des Balkans, s’applique à un relief ou à un massif dont les roches calcaires ont été fortement érodées par l’eau, en surface (dolines, emposieux, lapiaz, etc.) et en profondeur (cavernes, grottes, gouffres, etc.), ce qui se traduit aussi au fil des infiltrations en sous-sol par des structures très complexes de circulation d’eau et de résurgences. Ces formes géologiques portent ici et là différents noms, telles les "causses" dans le Massif central français.


Contact Lettre d'information