AccueilInfosOn en parle

23 juillet 2018.

En Suisse, les niveaux des cours d’eau sont en forte baisse

Situation hydrologique au 20 juillet 2018

Informations de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sur la situation hydrologique, le danger d’incendie de forêt et les conséquences de la sécheresse estivale.

- À l’exception des bassins versants alimentés par la fonte des glaciers, la plupart des cours d’eau connaissent une forte baisse de leur débit, parfois très en deçà de la moyenne, notamment en Suisse centrale et orientale. Nombre d’entre eux connaissent des situations d’étiage qui n’apparaissent que tous les deux à cinq ans, certains - l’Aar, la Reuss, la Limmat et le haut Rhin - affichent même des valeurs proches de leur niveau saisonnier le plus bas. Sur le Plateau, les cours d’eaux enregistrent un net réchauffement dû à leur faible débit, au fort ensoleillement et aux températures élevées de l’air.

- Au cours des trois derniers mois, les précipitations nettement inférieures à la moyenne ont provoqué une baisse continuelle des niveaux des eaux souterraines et des débits des sources. Les précipitations intenses et brèves peuvent profiter aux aquifères superficiels en roche meuble et aux aquifères karstiques.

- Les fortes chaleurs provoquent dans les Alpes d’importantes pertes de glace. Si les températures restent élevées, cette fonte accentuée se poursuivra au cours des prochaines semaines, et l’été 2018 sera à nouveau néfaste pour les glaciers. Les grands glaciers perdent moins de masse que les petits, moins épais.

- En raison de la sécheresse, il est possible que le captage d’eau soit localement limité, surtout près des petits et moyens cours d’eau et des nappes souterraines. Les cantons et les communes peuvent décider d’émettre des restrictions s’appliquant par exemple à l’agriculture, prononcer des interdictions ou faire appel à la population pour économiser l’eau. Mais, au vu de la situation actuelle, la Suisse ne devrait pas connaître de pénurie à large échelle.

- Les niveaux bas et les températures élevées des eaux ont un impact sur la faune aquatique : cela peut induire des symptômes de stress chez les poissons, augmenter le risque de maladies, voire causer leur mort. Ces risques sont plus marqués dans les cours d’eau peu profonds et peu ombragés. Dans les cours d’eau interconnectés et proches de la nature, les poissons peuvent trouver des tronçons où les eaux sont plus froides. Cela montre le rôle important que jouent les cours d’eau revitalisés et à l’état naturel.

- Le danger d’incendie de forêt est marqué à très fort dans la plupart des régions de Suisse. Des cantons ont mis en place des mesures telles que des restrictions ou des interdictions de faire du feu dans les forêts et à proximité de celles-ci, voire une interdiction stricte de faire du feu en plein air.

- Voir le dossier de l’OFEV




Mots-clés

Glossaire

  • Pénurie

    Les pénuries surviennent lorsqu’il n’y a pas assez d’eau pour satisfaire à la fois les demandes humaines et les besoins de la nature, soit parce que cette eau fait physiquement défaut, soit parce que la demande est excessive ou que la ressource a été surexploitée, soit parce que le manque d’infrastructures, de moyens financiers ou de compétences techniques ne permet pas à une population de s’approvisionner en eau de quantité et de qualité suffisantes, soit aussi parce que des groupes humains sont empêchés par d’autres d’y avoir accès.

Mot d’eau

  • Un grand fleuve

    C’est le destin de tous les grands fleuves que d’être unique au monde, et chacun pour lui sans jamais pouvoir en toucher d’autres autrement que pour l’absorber (...) Le Fleuve, même si proche, ignore tous ses congénères. Il ne se sépare de l’immense nappe souterraine que pour couler aussitôt une âpre vie singulière, isolée par des barrières que jamais son Génie ne surmontera, et delà, on sait vers quel néant marin il se dissout ... (Victor Segalen, 1878-1919)


Contact Lettre d'information