AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2014

15 décembre 2014.

Suisse : la consommation d’eau potable encore à la baisse

Selon les dernières statistiques publiées par la Société suisse de (...)

Selon les dernières statistiques publiées par la Société suisse de l’industrie, du gaz et des eaux (SSIGE), la consommation moyenne d’eau potable des ménages, des exploitations et des industries suisses était en 2013 de 309 litres par habitant, soit 7 litres (2%) de moins que l’année précédente, confirmant une fois encore la tendance à la baisse initiée dans les années 1980 malgré la hausse constante de la population.

En chiffres réels, cela représente un volume total de 917 millions de mètres cubes, contre 935 millions en 2012, annonce l’organisation faîtière des distributeurs suisses. Cette diminution s’explique surtout par la disparition progressive, voire la délocalisation des processus industriels gourmands en eau, leur remplacement par des installations plus économes et l’utilisation toujours plus répandue d’appareils ménagers à faible consommation d’eau.


JPEG - 60.6 ko
Consommation d’eau maximale (trait bleu foncé)
et consommation d’eau moyenne) (graphisme SSIGE)

Afin d’assurer l’approvisionnement en eau de qualité, les sociétés de distribution ont investi 900 millions de francs dans leurs installations et plus de 80% d’entre elles ont la possibilité de se connecter à un autre réseau en cas de problème d’approvisionnement. Le réseau d’approvisionnement, dont 1,4% a été renouvelé en 2013, compte 81’500 kilomètres de conduites, les canalisations domestiques représentent un tiers de cette longueur.

Les résultats publiés par la SSIGE se fondent sur des informations nettement plus étoffées que par le passé et intègrent également plusieurs nouveaux indicateurs. La nouvelle base statistique, qui se réfère à des données portant sur les deux tiers de l’approvisionnement en eau potable, prend davantage en compte les petits distributeurs qui desservent à eux seuls une grande part de la population.

Ces nouvelles données ont aussi permis de réévaluer l’exploitation des eaux souterraines en Suisse et ont révélé qu’en marge des 80 pour cent d’eau souterraine pure, environ 10 pour cent de l’eau distribuée sont en réalité composés de filtrat de rive et d’eau de nappes souterraines approvisionnées artificiellement par infiltration (*). La consommation d’eau souterraine a quelque peu reculé (40%) par rapport à 2012, à l’inverse de celle d’eau de source qui a légèrement augmenté (41%). La consommation d’eau captée en surface est quant à elle restée stable (19%).

À noter enfin que les sociétés de distribution d’eau produisent elles-mêmes environ un quart de leur consommation d’énergie, grâce principalement au turbinage de l’eau potable. (Source : SSIGE)

(*) Le filtrat de rive est de l’eau fluviale obtenue par pompage à proximité d’un cours d’eau, alors que l’eau souterraine artificielle désigne de l’eau fluviale en dérivation qui s’infiltre dans le sol à un endroit approprié.




Mots-clés

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information