AccueilLa LettreLettres du Bénin

11 mars 2012.

“S’il ne pleut pas, le grain ne pousse pas”

C’est ce qu’on dit, en langue fon, dans le Sud-Bénin. “Sin ma ja’a, (...)

C’est ce qu’on dit, en langue fon, dans le Sud-Bénin. “Sin ma ja’a, dji non jo’a” : une manière proverbiale de rappeler que dans ce pays, comme dans pratiquement toute l’Afrique au sud du Sahara, l’agriculture est essentiellement pluviale et dépend donc étroitement du cycle naturel de l’eau. Tel le fellah égyptien qui compte sur les crues périodiques du Nil pour semer, le gléssi, le paysan béninois, s’en remet à la “générosité du ciel”.

La plupart du temps, seule une petite part de cette eau venue d’en-haut est mise à profit pour faire croître la plante. Le gros de la pluie part en ruissellement, dégrade les sols et remplit de sables, de boues et de détritus les rivières et les plans d’eau. Ce qui non seulement représente un important gâchis d’eau, mais réduit aussi le rendement des cultures.

Le moindre déficit pluviométrique ou dérèglement de saison - pluies précoces ou tardives, insuffisantes ou abondantes, etc. - et bien vite l’insécurité alimentaire s’installe, avec son lot de conséquences fâcheuses : spéculations sur les prix des denrées alimentaires, mouvements de populations à l’intérieur des pays et vers des pays voisins, disette, malnutrition et famine. C’est évident : une telle agriculture, à petite échelle, de type familial et précaire, est incapable de satisfaire les besoins d’une population jeune et en croissance rapide.

La première réponse à l’insécurité alimentaire, c’est la maîtrise de l’eau. Avec des outils plus efficaces, la population pourrait produire des vivres en grande quantité pour sa propre consommation, pour la constitution de réserves et même pour l’exportation.

L’eau est omniprésente à toutes les étapes de la chaîne alimentaire. Elle fait germer le grain et croître la plante, participe à la transformation des produits agricoles en aliments, accompagne les repas. Mais voici que les temps changent. Il faut désormais prendre en compte les changements climatiques qui rendent les pluies encore plus aléatoires et la sécurité alimentaire davantage fragile. Il faudrait agir, et vite, pour éviter l’impasse.

Il faudrait reboiser, à très grande échelle, car quantité de forêts, ces indispensables réservoirs d’eau, sont déjà parties en charbons de bois et en fumées. “Autrefois, les forestiers étaient vigilants”, raconte Dagba, 78 ans, exploitant agricole du côté de Savalou. “Attentifs, ils réagissaient aux feux de brousse sauvages, aux bruits de cognées, aux coups de fusil. Aujourd’hui, ils sont devenus sourds et aveugles, indifférents à toutes les agressions à l’environnement”. Le résultat ne s’est pas fait attendre : “toutes les espèces d’arbres et d’herbes propres à la couverture végétale des sols ont également disparu”.

Il faudrait rendre les recherches agronomiques et climatiques plus efficaces en y associant étroitement les agriculteurs. La maîtrise de l’eau sous toutes ses formes devrait être inscrite en priorité dans les programmes des écoles et des instituts agronomiques. Une fois les paysans mieux formés et l’eau disponible, celle-ci pourrait alors être utilisée pour des cultures de saison et de contre-saison.

Sans la maitrise de l’eau, la sécurité alimentaire n’est qu’un leurre. Un leurre également si les autorités, à tous les niveaux de responsabilité, n’affichent pas une claire volonté politique de mettre leurs concitoyens à l’abri de la famine.

Bernard Capo-Chichi,
Porto Novo, mars 2012



Infos complémentaires

JPEG - 10.2 ko

© Ronnie - Fotolia.com

- Lire les autres
Lettres du Bénin

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information