AccueilBloc-Notes

18 août 2019.

Requiem pour un glacier islandais ...

Les autorités islandaises ont officiellement inauguré une plaque (...)

Les autorités islandaises ont officiellement inauguré une plaque commémorative dédiée à l’Okjökull, le premier glacier de l’île à avoir perdu son statut dès 2014 car ses caractéristiques ne correspondaient plus aux critères scientifiques définis par les glaciologues pour qu’il puisse être encore considéré comme un véritable glacier. En 1890, l’Okjökull avait une superficie de 16 km2 de surface, le réchauffement climatique l’a aujourd’hui quasiment rayé de la carte.

"Un mémorial dédié à un glacier perdu est peut-être le meilleur moyen de comprendre pleinement ce à quoi nous sommes confrontés, explique Cymene Howe, professeure à la Rice University de Houston (USA), à l’origine de ce projet de mémorial. Nous autres anthropologues sommes sensibles au pouvoir des symboles et des cérémonies qui peuvent susciter des émotions, même pour quelque chose d’aussi lointain qu’un glacier qui n’est plus maintenant que de la ’glace morte’."

Une lettre pour l’avenir

Ok est le premier glacier islandais à perdre son statut de glacier.
Au cours des 200 prochaines années,
tous nos glaciers devraient connaître le même sort.
Ce monument atteste que nous savons ce qui se passe
et ce qui doit être fait.
Vous seuls savez si nous l’avons fait.

Le texte de ce mémorial est de l’écrivain islandais Andri Snær Magnason. La mention 415 ppm CO2 fait référence au niveau record de concentration de dioxyde de carbone enregistré dans l’atmosphère en mai 2019. (Photo Grétar Thorvaldsson/Málmsteypan Hella - Rice University)

… et pour un glacier suisse aussi

Une cérémonie d’adieu est également prévue en Suisse le 22 septembre 2019 pour marquer la proche disparition du glacier du Pizol dans les Alpes glaronaises. Situé sur un versant nord et à une altitude relativement basse (2630 à 2780 m d’altitude), ce qui a pour conséquence qu’il dépend fortement de la quantité de neige qu’il reçoit pendant l’hiver, sa superficie n’est plus que de 6 hectares environ, selon les mesures du réseau suisse de relevés glaciologiques (GLAMOS).

Cette commémoration est organisée par plusieurs ONG suisses, dont l’Association suisse pour la protection du climat qui en avril dernier a lancé la récolte de signatures en faveur d’une initiative populaire fédérale « Pour un climat sain (initiative pour les glaciers) » qui demande en particulier que plus aucun carburant ni combustible fossiles ne soit mis en circulation en Suisse à partir de 2050.

- Site web de la commémoration au Pizol.




Mots-clés

Glossaire

  • Pénurie

    Les pénuries surviennent lorsqu’il n’y a pas assez d’eau pour satisfaire à la fois les demandes humaines et les besoins de la nature, soit parce que cette eau fait physiquement défaut, soit parce que la demande est excessive ou que la ressource a été surexploitée, soit parce que le manque d’infrastructures, de moyens financiers ou de compétences techniques ne permet pas à une population de s’approvisionner en eau de quantité et de qualité suffisantes, soit aussi parce que des groupes humains sont empêchés par d’autres d’y avoir accès.

Mot d’eau

  • Un grand fleuve

    C’est le destin de tous les grands fleuves que d’être unique au monde, et chacun pour lui sans jamais pouvoir en toucher d’autres autrement que pour l’absorber (...) Le Fleuve, même si proche, ignore tous ses congénères. Il ne se sépare de l’immense nappe souterraine que pour couler aussitôt une âpre vie singulière, isolée par des barrières que jamais son Génie ne surmontera, et delà, on sait vers quel néant marin il se dissout ... (Victor Segalen, 1878-1919)


Contact Lettre d'information