AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2008

31 mars 2008.

« Petit guide suisse de l’assainissement »

La Suisse officielle veut contribuer visiblement à l’Année (...)

La Suisse officielle veut contribuer visiblement à l’Année internationale de l’assainissement. Et promouvoir, à sa façon, la réalisation de cet objectif du Millénaire pour le Développement qui ambitionne de réduire de moitié le nombre d’habitants de la planète qui n’ont toujours pas accès à un minimum d’installations sanitaires. D’où le « petit guide de l’assainissement » qu’elle entend diffuser le plus largement possible, ainsi que d’autres informations disponibles sur le site www.assainissement2008.ch
À noter aussi les dates des 24 et 25 mai déclarées « week-end de l’assainissement ».

Il y a urgence, rappelle la brochure parrainée par un collectif de sept institutions publiques ou organisations professionnelles. Aujourd’hui, c’est une véritable “catastrophe silencieuse qui se déroule loin des regards et se voit reléguée le plus souvent dans l’arrière-boutique des agendas politiques”. Mais comment pourrait-on oublier que l’assainissement est une clef indispensable du développement : “Comment réduire la pauvreté et la faim dans le monde, améliorer la santé et l’éducation, protéger les ressources en eau si une personne sur deux dans le Sud n’a pas d’accès à des installations sanitaires de base ?”

À travers les différentes activités qui seront organisées durant cette année, l’objectif est de faire en sorte, selon Ulrich Sieber, chef de la section Eaux de surface – qualité à l’Office fédéral de l’environnement, « que le public prenne conscience du fait qu’une grande partie du monde n’a pas accès aux installations sanitaires de base et que cela appelle une action de notre part afin d’aider ces régions où sévissent de nombreuses maladies liées au manque d’hygiène. Ici en Suisse, nous voulons en outre rappeler la valeur de notre système sanitaire. Les standards élevés dont nous bénéficions et les techniques utilisées ne sont pas gratuits. Toutes ces infrastructures doivent être entretenues sur le long terme. »

Il faudra sans doute investir en Suisse plusieurs milliards de francs dans la bataille si l’on ne veut pas prendre le risque de voir les réseaux d’eau potable pollués par les conduites d’eaux usées. De plus, les STEP actuelles ne sont pas encore vraiment en mesure, ou trop peu, de faire face aux nouveaux problèmes posés par les micropolluants.

De toute évidence, explique pour sa part François Münger, responsable de la thématique ’Eau’ à la Direction du Développement et de la Coopération suisse (DDC), l’assainissement n’est pas un sujet vraiment sexy et touche à bien des tabous. De plus, « cela n’affecte que les pauvres et ceux-ci n’influencent que faiblement les politiques. D’autre part, il faut aussi reconnaître que nous avons pendant longtemps failli dans nos messages sur l’assainissement et l’hygiène. Ceux-ci étaient trop focalisés sur la peur (peur de la maladie, peur de la diarrhée etc..) et pas assez sur le rêve. »

Une campagne en 4 points

En bref, la campagne suisse pour l’Année internationale de l’assainissement tient en quatre mots d’ordre :
- Ne pas avoir la mémoire courte : il n’y a pas si longtemps - un siècle à peine ! – une grande partie de la population suisse vivait dans des conditions sanitaires déplorables. Jusqu’au jour où l’on a compris que l’assainissement est une condition sine qua non à tout progrès.
- Faire face aux nouveaux défis : maintenir le réseau d’eau à son haut niveau de qualité et combattre les nouvelles sources de pollution, telles les micropolluants, exigent de nouvelles compétences et de nouveaux investissements.
- Briser les silences et les tabous : il est temps de regarder en face la réalité des problèmes sanitaires de la planète et de leur apporter une réponse efficace, ce qui suppose une vraie volonté politique de mettre fin à cette catastrophe qu’on se refuse à voir.
- Se mobiliser pour l’accès de tous à l’assainissement : ce défi mondial passe par la solidarité internationale et nombre de communes et d’associations se sont déjà engagées pour le soutien à des projets d’adduction en faveur de populations qui en sont privées.



Infos complémentaires

:: La santé,
l’égalité
et la dignité
commencent ici…

Au sommaire :

- Saviez-vous que l’absence de WC fait plus de morts que le SIDA ?
- Le « petit coin », ce grand absent de la réalité d’un tiers de l’humanité
- Des solutions simples et un engagement social fort donnent des résultats spectaculaires
- La Suisse bénéficie d’un des meilleurs systèmes d’assainissement du monde
- L’âge des installations et les micropolluants : deux défis majeurs pour la Suisse
- La lutte contre les nouvelles pollutions passe par la science et la prise de conscience
- Quand la Suisse ne tirait pas la chasse… Souvenons-nous…
- Communes et citoyens, suivez l’exemple et engagez-vous !

- Télécharger la brochure
"Assainissement :
la Suisse s’engage"
(PDF - 2.4 Mo)

PDF - 2.4 Mo

:: Les événements

Plusieurs actions sont prévues en Suisse pour marquer l’Année internationale de l’assainissement.

- Les 24 et 25 mai ont été déclarés "week-end de l’assainissement". Les exploitants de stations d’épuration sont invités à ouvrir leurs portes au public pour lui faire découvrir différents aspects de l’assainissement en Suisse.
- Une exposition itinérante sur le thème de l’assainissement en Suisse et dans le monde fera également le tour de Suisse.
- Un concours de dessin à l’intention des élèves des classes primaires pour les inviter à s’intéresser aux questions de l’assainissement et de l’hygiène en Suisse et ailleurs. Les dessins seront exposés dans les STEPs.

Ces différentes actions sont annoncées dans le calendrier d’événements ou dans le coin des jeunes du site officiel.


:: Liens

- Site de la campagne suisse pour l’Année internationale de l’assainissement
- Interview d’Ulrich Sieber (OFEV)
- Interview de François Münger (DDC)
- Articles d’aqueduc.info ayant trait à l’assainissement

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.



Votre titre ici

La campagne suisse pour l’assainissement dans le cadre de l’année internationale de l’assainissement me paraît très bien structurée et convaincante.
J’espère qu’elle provoquera un réveil sur cette question et des engagements supplémentaires y compris de nos amis suisses !
S’engager dans l’eau, l’assainissement sont des investissements fondamentaux et à forts retours en termes de santé publique mais qui attire beaucoup moins d’attention que des thèmes plus "tendance" comme les changements climatiques, le Sida...
Un enfant meurt toutes les 20 secondes nous dit la campagne suisse mais parallèlement le Parlement suisse (un des pays les plus riche du monde) rechigne à accorder les crédits à sa coopération !



Contact Lettre d'information