AccueilÀ la Une

19 décembre 2009.

Pendant qu’à Copenhague…

EDITO DÉCEMBRE 2009 Pas de quoi jouer les étonnés. Avant (...)

EDITO DÉCEMBRE 2009

Pas de quoi jouer les étonnés. Avant Copenhague, on s’interrogeait ici sur l’absence de référence à l’eau dans ses textes préparatoires. Comme si les perturbations du cycle de l’eau ne constituaient pas le signe annonciateur de changements climatiques. Comme si les questions de l’accès à l’eau n’étaient d’aucune importance pour la survie de l’humanité. Comme si une meilleure gestion de cet élément ne faisait pas partie des priorités de l’adaptation aux nouvelles donnes écologiques. Pas de surprise donc à la lecture du vrai-faux accord final dont la Conférence s’est contentée de ‘prendre note’ : le mot eau n’y figure pas. (1)

Ce n’est pas le lieu ici de tirer un quelconque bilan de ce rendez-vous de Copenhague prédit comme celui de la dernière chance et dont certains pensent qu’il fut peut-être pire que ce que les plus pessimistes pouvaient imaginer. On aura pu lire ailleurs, en long et en large, les titres plutôt désabusés de la presse internationale et les commentaires dépités ou irrités, voire cyniques, de nombre de ses participants et observateurs officiels ou associatifs. Il n’est pas impossible, avec le recul, qu’on tire des conclusions un peu plus sereines de l’événement. Mais, à chaud, le vocabulaire est explicite : imbroglio, chaos, désillusion, échec, fiasco, catastrophe, etc.

Pendant ce temps, la Terre continuait de tourner. Et l’eau de couler. Du moins là où il y en a. La nouvelle la plus inattendue nous est venue d’Australie. Quelque six mille dromadaires, traqués par la sécheresse, ont envahi un village du centre du pays et s’en sont pris à tout ce qui pouvait étancher leur soif, des conduites d’eau jusqu’aux égouts. Il y a un siècle, on les avait introduits sur le continent pour servir de bêtes de somme dans les grands espaces désertiques. Abandonnés lorsqu’arrivèrent des moyens modernes de transport, on les rendit à la vie sauvage et aujourd’hui on en compte plus d’un million. Les autorités australiennes ont décidé d’agir et de lancer une battue générale avec, pour objectif, d’abattre au moins la moitié de ces camélidés indésirables. Qu’imagineront-elles quand la soif ne fera plus la guerre aux animaux seulement ?

Pendant ce temps aussi, une équipe internationale d’astronomes annonçait la découverte d’une nouvelle super-terre, inscrite au registre des exoplanètes sous le matricule GJ1214b, six fois plus grande que notre globe à nous, et dont les trois quarts seraient composés d’eau gelée. Mais les spécialistes précisent aussitôt que la température y est tellement glaciale que toute vie en est exclue. Alors que sur notre planète on n’arrive pas à se mettre d’accord sur les moyens de la sauver, on aurait pu au moins se consoler de savoir qu’il existe quelque part dans l’univers un paradis en bon état. Sauf qu’il se trouve à plus d’une quarantaine d’années-lumière de Copenhague…

Plus réaliste, et plus proche de nos préoccupations immédiates, Martin Beniston, climatologue à l’Université de Genève, tire un parallèle entre le climat du nord du Chili et celui de la Suisse. Ce qui se passe là-bas, écrit-il dans un article publié par le quotidien ‘Le Temps’ (2), pourrait un jour se produire ici aussi : “lorsque les glaciers auront disparu et que la neige sera beaucoup moins abondante, l’eau commencera à manquer très sérieusement en de nombreux endroits du pays”. Et chacun sait que c’est lorsque l’eau commence à manquer que les conflits d’intérêts se déclarent : “à qui donnera-t-on la priorité entre l’agriculture, le tourisme et l’hydroélectricité ?”

On vient d’avoir, en Suisse, un avant-goût de réponse à ces questions de gouvernance. Les Chambres fédérales, lors de leur session de décembre, se sont mises d’accord sur de nouvelles dispositions législatives dans le domaine de la protection des eaux et de leur utilisation. Face à une initiative populaire qui avait recueilli plus de 160’000 signatures pour la renaturation des rivières mises à mal par l’homme (3), les parlementaires ont échafaudé non sans succès de subtils compromis entre pêcheurs, agriculteurs, écologistes et producteurs d’hydroélectricité. La morale de l’histoire, c’est que tout développement durable passe inévitablement par la voie du compromis où chaque partenaire, même si cela réclame du temps et de la patience, s’efforce d’adhérer à l’intérêt bien compris de la collectivité. Ce que Copenhague n’a manifestement pas réussi.

Bernard Weissbrodt


Notes

(1) Voir l’éditorial “Copenhague, l’eau évaporée”,
27 novembre 2009 et le dossier Eau et climat
(2) Martin Beniston, “Le Chili, l’eau et la Suisse de demain”,
dans ‘Le Temps’, 17 décembre 2009
(3) Voir dans aqueduc.info : “Les pêcheurs suisses retirent l’initiative ‘Eaux vivantes’”, 17 décembre 2009




Infos complémentaires



:: L’Accord de Copenhague en bref

Le texte dont la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique a finalement pris note sans l’entériner formellement tient en deux pages et demie.

- Il affirme la nécessité de limiter le réchauffement planétaire à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, mais il ne contient aucun objectif chiffré ni contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
- En janvier 2010, les pays industrialisés communiqueront leurs objectifs de réduction à l’horizon 2020 et les pays en développement annonceront les actions qu’ils prévoient pour atténuer leurs émissions. Aucune instance internationale n’est prévue pour vérifier la mise en application des engagements.
- Il est annoncé une aide immédiate de 30 milliards de dollars sur trois ans pour permettre aux pays les plus vulnérables de s’adapter aux changements climatiques, puis de mobiliser ensuite progressivement jusqu’à 100 milliards par an jusqu’en 2020.


:: Témoignage

Quand les changements climatiques emportent aussi les croyances…

« J’ai choisi de vous relater l’histoire d’un fleuve, le fleuve Niger à l’aune de mon parcours personnel sur un demi-siècle. Le fleuve Niger est l’un des cours d’eau les plus importants d’Afrique avec 4 200 km de long, dont 1 780 km au Mali. Je suis né au centre du Mali, dans le Delta central à Mopti, au confluent de deux fleuves, le Niger et le Bani. J’avais 5 ans quand j’ai entendu nos grands-mères nous mettre en garde contre toute baignade dans cette partie du fleuve, la plus profonde et la plus agitée. Pour nous effrayer, elles disaient que c’est dans ce point précis du fleuve que se trouvait une cité aquatique habitée par les génies de l’eau. Il s’est en effet produit tellement de drames là que même les plus audacieux d’entre nous n’osaient s’y approcher. Cinquante ans après, je retourne en vacances au village, à Mopti. Je passe devant l’endroit où était supposée se trouver la Cité des génies de l’eau. Et quel spectacle je vois ? Des enfants de moins de 10 ans, livrer un match de football sur du sable au beau milieu du fleuve. Mais où se trouve la Cité des génies ? Où est passée toute l’eau ? Les changements climatiques ne nous prennent pas seulement nos terres de culture, nos Pâturages, nos fleuves ; ils nous dépossèdent également de nos mythes ! ».

Cheick Amadou Dia,
envoyé spécial à Copenhague du quotidien malien L’Essor
> Lire le texte intégral

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information