AccueilInfosArrêts sur infos

13 mars 2020.

Pas de coronavirus dans l’eau potable

Au vu du développement extrêmement rapide de la pandémie de (...)

Au vu du développement extrêmement rapide de la pandémie de coronavirus (COVID-19), c’est une question tout à fait légitime et compréhensible : cette infection peut-elle oui ou non être transmise par l’eau potable, voire par les eaux usées ? En l’état actuel des connaissances, la réponse est clairement négative, et les risques de contamination par ce biais sont faibles. L’infection est principalement transmise par contact direct entre personnes ou avec des surfaces contaminées. Explication en deux temps.

- D’un point de vue biologique, explique l’Organisation mondiale de la santé dans une fiche technique publiée début mars [1], il n’existe actuellement aucune preuve de la présence de coronavirus humains dans les sources d’eau de surface ou souterraines ou de leur transmission par l’eau potable contaminée ou par des eaux usées. Le COVID-19 fait partie des virus dits enveloppés mais la membrane qui les entoure est fragile : de ce fait, ce type de virus est moins stable dans l’environnement et plus sensible à l’action de produits de désinfection et du chlore en particulier. Cela signifie que le coronavirus peut se désactiver beaucoup plus rapidement que les virus non enveloppés, comme ceux qui provoquent les gastro-entérites ou l’hépatite A, transmis très souvent par de l’eau contaminée. L’OMS cite notamment une étude chinoise qui a montré qu’un coronavirus humain ne survivait que deux jours dans une eau du robinet non chlorée.

- En ce qui concerne les services d’eau potable, il n’est pas inutile de rappeler, comme vient de le faire par exemple l’Agence fédérale allemande de l’environnement [2], que depuis des décennies, les réseaux d’approvisionnement en eau potable sont de par chez nous sous haute protection depuis les zones de captage jusqu’aux usagers en passant par les opérations de traitement, de stockage et de distribution. Grâce non seulement à la désinfection au chlore, mais aussi à diverses technologies comme l’ozonation ou le rayonnement ultra-violet, l’eau potable est très bien protégée contre tous les virus, y compris le coronavirus. La surveillance de la qualité de l’eau potable se fait à toutes les étapes de sa production et c’est l’ensemble de ce système qui constitue la meilleure des préventions contre les épidémies liées à l’eau. De fait, aucun COVID-19 n’a jusqu’à présent été détecté dans des réservoirs d’eau potable. Et il est fort peu probable que cela puisse se produire. (aqueduc.info)



Notes

[1Water, sanitation, hygiene and waste management for the COVID-19 virus, Technical brief. World Health Organization. 3 March 2020.

[2Trinkwasser und Coronavirus SARS-CoV-2 / Übertragung unwahrscheinlich, Stellungnahme des Umweltbundesamtes,. 9 März 2020.

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information