AccueilInfosDossiersPartenariats public-privé en question

18 novembre 2003.

Partenariats publics-privés en question : "les bénéfices au privé, les risques à l’État ?"

Les partenariats publics-privés apportent-ils vraiment un plus à (...)

Les partenariats publics-privés apportent-ils vraiment un plus à la coopération au développement ? Constituent-ils un moyen efficace pour de meilleurs services de base aux populations pauvres et défavorisées, en particulier quand il s’agit de fourniture d’eau potable ? Ces questions constituaient en quelque sorte l’ossature du séminaire organisé à Berne, le 18 novembre 2003, par la Communauté de travail des œuvres suisses d’entraide. Le débat n’a rien de théorique et il est bien loin d’être clos.

Panacée ou œuvre du diable ? à l’ouverture de ce Séminaire, Antonio Hautle, président de la Communauté de travail, se veut provocateur. Mais les débats montreront que les positions frisent souvent l’inconciliable. Pour rappel, les partenariats entre l’économie privée et les institutions publiques (PPP, dans le jargon de la coopération internationale) font problème.

Pour les uns, (Banque mondiale et autres agences de développement), il est clair que les pays pauvres n’ont pas les moyens de garantir des prestations de base à leurs populations. La solution passe donc par des partenariats publics-privés où chacun peut trouver son compte.

Pour les autres, les PPP ne seraient que des privatisations déguisées, fondées sur le seul calcul financier et menant tout droit au bradage des services publics. Les multinationales en tireraient tout bénéfice alors que l’État devrait supporter les risques, au détriment des clients non solvables.




Infos complémentaires

Dans ce dossier, aqueduc.info fait écho aux contributions de deux des intervenants de ce séminaire :

- Privatiser, solution pour l’accès des plus pauvres à l’eau ?
par Emanuele Lobina, Public Services International Unit (PSIRU),
University of Greenwich/London.
Lire>

- L’eau a besoin de la protection du droit international
par Rosmarie Bär, coordonnatrice de la politique de développement durable
Communauté de travail des œuvres suisses d’entraide
Lire>

Lien utile

Communauté de travail des œuvres suisses d’entraide

Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information