AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2012

28 octobre 2012.

On en sait un peu plus sur le tsunami du Léman en 563

Depuis le 6e siècle, grâce aux chroniques de deux évêques, Marius (...)

Depuis le 6e siècle, grâce aux chroniques de deux évêques, Marius d’Avenches et Grégoire de Tours, on savait qu’une énorme vague avait en l’an 563 submergé les rives du lac Léman jusqu’à Genève, suite à l’effondrement d’un pan de montagne. Une équipe de chercheurs de l’Université de Genève, qui vient de passer plusieurs mois à analyser une épaisse couche de sédiments au milieu du lac, a pu reconstituer le déroulement de cette catastrophe, connue dans les milieux scientifiques sous le nom de Tauredunum. Mais les conclusions de cette recherche ne s’arrêtent pas au constat historique. Les risques de tsunamis dans les lacs sont sous-estimés et restent d’actualité.

L’an dernier, Katrina Kremer, doctorante à l’Université de Genève, avait déjà révélé une partie des résultats de ses recherches. Tout est parti de la découverte au milieu du Lac Léman d’une vaste et épaisse couche de sédiments d’un volume atteignant un quart de kilomètre cube (soit, schématiquement décrite, une masse longue et large d’un kilomètre et haute de 250 mètres). Le prélèvement d’échantillons de ces sédiments a permis de dater leur dépôt entre la fin du 4e et le début du 7e siècle. C’est-à-dire dans une période où l’événement du Tauredunum constitue l’unique indice historique d’un accident géologique majeur. Hypothèse corroborée par la quasi certitude que cette couche sédimentaire est arrivée dans le lac d’une manière assez brutale.

Comment l’expliquer ? C’est la question à laquelle l’équipe de chercheurs emmenée par Katrina Kremer tentent de répondre dans l’étude qu’ils publient dans la revue internationale "Nature Geoscience". Cet événement n’est probablement pas dû à l’écroulement d’un pan de montagne dans le lac, mais en amont, dans le delta chablaisien du Rhône. Toutefois le déroulement exact de la catastrophe entre l’éboulement du mont Tauredunum (dans le massif du Grammont) et le déclenchement du tsunami lémanique n’est pas encore totalement élucidé.

Les chercheurs avancent l’hypothèse que le brusque impact de l’éboulement a déstabilisé les sédiments de la zone immergée du delta, lesquels se sont alors décrochés et mis en mouvement dans le lac, déplaçant un très grand volume d’eau et provoquant du même coup une immense lame qui s’est rapidement propagée sur toutes les rives et jusqu’à l’autre bout du Léman.


JPEG - 50.6 ko
En rouge : progression de la vague (minutes)
en noir : sa hauteur (mètres)
© Kremer & al./ Nature Geosciences

Selon les simulations informatiques qui en ont été faites, une vague de 8 mètres de haut aurait frappé la région d’Évian-les-Bains après seulement une dizaine de minutes et, cinq minutes plus tard, de 13 mètres sur la rive opposée, à Lausanne. Son amplitude aurait ensuite baissé mais repris de plus belle en s’engouffrant dans le rétrécissement du Petit Lac pour atteindre à nouveau les 8 mètres à Genève quelque 70 minutes après son déclenchement. Elle aurait alors dévasté la cité, comme l’ont écrit les deux chroniqueurs Marius d’Avenches et Grégoire de Tours (lire ci-contre).

Les chercheurs genevois sont d’avis que d’autres tsunamis de ce genre se sont produits bien avant l’événement du Tauredunum. Et qu’il n’est pas impossible qu’il s’en produise encore si, d’une manière ou d’une autre, l’équilibre géologique de l’espace lémanique venait à être brutalement modifié au point de déclencher un éboulement sur le delta du Rhône ou sur les rives du lac.

"Notre but n’est pas de faire du catastrophisme, explique Stéphanie Girardclos, maître assistante à l’Université de Genève et citée par le journal Le Temps. Il est seulement de rappeler une réalité. La formation d’une énorme vague est possible de nos jours sur le Léman. Le grand public considère généralement que les lacs sont des surfaces paisibles. Or, tel n’est pas le cas. A partir du moment où vous avez une grande masse d’eau, vous avez aussi un risque de tsunami." (Sources : Nature Geoscience et revue de presse)


- Katrina Kremer, Guy Simpson & Stéphanie Girardclos,
"Giant Lake Geneva tsunami in AD 563",
Nature Geoscience, 28 October 2012




Infos complémentaires

JPEG - 4.8 ko

Le delta du Rhône à son arrivée dans le Léman
au Bouveret
(Photo Rama | lic.CeCILL)


:: L’événement
du Tauredunum
dans les chroniques
du 6e siècle

De Marius, évêque d’Avenches puis de Lausanne (574-594), contemporain et voisin de la catastrophe :

« P. C. Basilii anno XXII. Ind. XI ; En cette année, l’imposante montagne de Tauredunum dans le territoire du Valais, se précipita si subitement qu’elle engloutit le château voisin, ainsi que des villages avec tous leurs habitants et elle agita tellement le lac sur une longueur de 60 milles et une largeur de 20 milles que sorti de ses deux rives, il dévasta de très anciens villages avec hommes et bétail ; il détruisit aussi beaucoup de sanctuaires avec leurs desservants et emporta violemment le pont de Genève, des moulins et des hommes et ayant pénétré dans la cité, il y fit périr plusieurs habitants ».

De Grégoire, évêque de Tours, d’après la traduction de M. Taranne, professeur à l’académie de Paris :

« En Gaule, un grand prodige eut lieu au fort de Tauredunum, situé sur une montagne qui dominait le Rhône. Après avoir fait entendre pendant plus de 60 jours une espèce de mugissement, cette montagne, se détachant et se séparant d’un autre mont contigu, avec les hommes, les églises, les terres et les maisons qui la couvraient, se précipita dans le fleuve et, lui barrant le passage entre ses rives qu’elle obstruait, refoula ses eaux en arrière ; car en cet endroit le terrain, fermé de part et d’autre par des montagnes, ne laisse qu’un étroit défilé par où s’échappe le torrent ; alors le fleuve, inondant la partie supérieure de son cours, couvrit et dévasta tout ce qui était sur ses rives. Puis cette masse d’eau, se précipitant dans la partie inférieure, surprit les habitants comme elle avait fait plus haut, les tua, renversa les maisons, détruisant les animaux et le long des rivages jusqu’à Genève emporta et entraîna tout par la violence de cette inondation subite. Plusieurs racontent que là les eaux s’amoncelèrent au point d’entrer dans cette ville par dessus les murs. Ce qui est croyable, parce que, comme nous l’avons dit, le Rhône en cet endroit coule resserré entre deux montagnes et qu’arrêté dans son cours, il ne trouva pas sur ses rives d’ouverture pour écouler ses eaux. Puis, quand il eut une fois débordé par dessus la montagne abattue, il submergea tout le pays. »

Citations extraites de l’article de Jules-Bernard Bertrand : "Encore le Tauredunum - Un serpent de mer valaisan", publié dans les "Annales valaisannes" de 1936

Mots-clés

Glossaire

  • Bédières et moulins

    Une bédière est un torrent d’eaux de fonte ou de pluie qui s’écoulent à la surface d’un glacier et qui au fil du temps finissent par creuser des moulins, sortes de gouffres qui eux-mêmes débouchent sur des réseaux de galeries à l’intérieur ou sous le glacier et jusqu’à sa partie frontale. C’est en quelque sorte un système hydrologique qui ressemble, à certains égards, à celui que l’on trouve dans des massifs karstiques où par érosion l’eau forme toutes sortes de cavités souterraines.

Mot d’eau

  • L’eau fugitive

    On entendait à peine au fond de la baignoire / Glisser l’eau fugitive, et d’instant en instant / Les robinets d’airain chanter en s’égouttant. (A. de Musset, Premières poésies, « Namouna », viii.)


Contact Lettre d'information