AccueilBloc-Notes

28 août 2020.

Une autre théorie quant à l’origine de l’eau sur la Terre

D’où vient l’eau de la planète Terre ? C’est l’une de ces grandes et (...)

D’où vient l’eau de la planète Terre ? C’est l’une de ces grandes et vieilles questions auxquelles les scientifiques n’ont pas encore fourni de réponse véritablement probante. Jusqu’ici l’une des explications les plus courantes consistait à dire qu’au départ la Terre était fortement asséchée par la proximité du Soleil et que l’eau aurait été apportée plus tard par une multitude d’astéroïdes contenant de la glace et venus s’écraser sur la planète. Selon les connaissances actuelles, la Terre serait d’ailleurs la seule planète présentant de l’eau liquide à sa surface.

Une étude parue dans la revue Science (*) et menée par un groupe de chercheurs dirigé par Laurette Piani, une cosmo-chimiste française du CNRS–Université de Lorraine, avance une autre théorie selon laquelle une grande partie de l’eau de la Terre proviendrait des roches qui la constituaient dès son origine. Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en analysant un type particulier de météorites (les chondrites à enstatite) qui ont une composition proche de celle des roches terrestres primitives. Comme ces météorites contiennent des molécules d’hydrogène qui peuvent former de l’eau lorsqu’elles entrent en contact avec de l’oxygène, il est permis de considérer que si elles sont à l’origine de la Terre, elles ont pu fournir une masse d’eau trois fois plus grande que celle des océans.

* Laurette Piani et al., Earth’s water may have been inherited from material similar to enstatite chondrite meteorites, in Science, 28 Aug 2020.



Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information