AccueilInfosOn en parle

27 février 2007.

Nouvelle guerre de l’eau en Bretagne

Plusieurs locaux de l’association Eau et rivières de Bretagne (...)

Plusieurs locaux de l’association Eau et rivières de Bretagne viennent d’être saccagés par des commandos d’agriculteurs qui ont également proféré des menaces de mort à l’encontre de Gérard Borvon, président de l’association S-Eau-S, responsable « Eau » des Verts, et membre du Comité national de l’eau.

Les casseurs veulent faire obstacle à la mobilisation massive des associations de pêcheurs et d’écologistes bretons, qui s’insurgent contre la décision annoncée le 12 février dernier par le préfet de la Région Bretagne de fermer en catastrophe plusieurs captages d’eau pollués par les nitrates.

Les pouvoirs publics tentent par ce biais de soustraire la France à une lourde condamnation par la Cour de justice des communautés européennes. L’amende pourrait se chiffrer à 10,9 millions d’euros, assortie d’astreintes financières d’un montant de 100 000 euros par jour. Au total la facture pourrait atteindre les 100 millions d’euros.

Ecologistes et pêcheurs dénoncent la duplicité de l’Etat qui va faire payer la note de la pollution par les nitrates aux usagers du service public de l’eau.

Introduction de l’article très documenté de Marc Laimé à lire sur son blog eauxglacees.com

Voir aussi : Guerre de l’eau en Bretagne : la chasse à "l’écol-eau" est ouverte, sur le site de l’association S-Eau-S




Mots-clés

Glossaire

  • Bédières et moulins

    Une bédière est un torrent d’eaux de fonte ou de pluie qui s’écoulent à la surface d’un glacier et qui au fil du temps finissent par creuser des moulins, sortes de gouffres qui eux-mêmes débouchent sur des réseaux de galeries à l’intérieur ou sous le glacier et jusqu’à sa partie frontale. C’est en quelque sorte un système hydrologique qui ressemble, à certains égards, à celui que l’on trouve dans des massifs karstiques où par érosion l’eau forme toutes sortes de cavités souterraines.

Mot d’eau

  • L’eau fugitive

    On entendait à peine au fond de la baignoire / Glisser l’eau fugitive, et d’instant en instant / Les robinets d’airain chanter en s’égouttant. (A. de Musset, Premières poésies, « Namouna », viii.)


Contact Lettre d'information