AccueilInfosOn en parle

4 octobre 2019.

Nouvelle galerie d’adduction d’eau dans les montagnes neuchâteloises

La ville de La Chaux-de-Fonds et la société Viteos SA qui gère son (...)

La ville de La Chaux-de-Fonds et la société Viteos SA qui gère son réseau d’approvisionnement en eau ont inauguré la galerie de Jogne qui fait partie du nouveau système d’adduction de la cité horlogère neuchâteloise située à quelque 1000 mètres d’altitude. Depuis plus de 130 ans, la majeure partie de son eau est captée beaucoup plus bas, dans des sources et des aquifères de la vallée de l’Areuse, puis acheminée par pompage dans une conduite ascensionnelle de près de 500 mètres de dénivelé avant de s’écouler par gravitation jusqu’aux réservoirs de la ville à travers une galerie d’une vingtaine de kilomètres.

JPEG - 179.4 ko
La nouvelle galerie de Jogne mesure 762 mètres de long (Crédit photo : VITEOS SA, avec son aimable autorisation)

Le projet de rénovation de ce réseau datant de 1887 prévoyait entre autres le remplacement de cette galerie car les ouvrages souterrains de l’aqueduc historique ne pouvaient plus être utilisés. C’est maintenant chose faite après des travaux qui auront duré quatre ans. Le renouvellement des conduites ascensionnelles est en voie d’être achevé lui aussi. Restera alors à construire une nouvelle usine de traitement de l’eau.

L’ensemble du nouveau système d’adduction devrait être opérationnel en 2024 avec un débit maximal de 16 mètres cubes à la minute, soit 23 millions de litres à la journée. Cela permettra de couvrir plus de 90% des besoins en eau de la ville et de garantir à ses habitants un approvisionnement en eau potable sécurisé et pérenne. Le budget de ces différents travaux de rénovation, répartis sur 13 ans, se monte à quelque 34 millions de francs suisses. (Source : communiqué de la Ville de La-Chaux-de-Fonds et Viteos SA))



Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information