AccueilInfosOn en parle

21 novembre 2016.

Notre eau. Six visions d’avenir (expo)

Musée Alpin Suisse de Berne

Du 27 octobre 2016 et au 17 septembre 2017, le Musée Alpin Suisse propose à ses visiteurs, au travers d’une nouvelle exposition spéciale, de se projeter vers l’horizon 2051 et d’imaginer comment, à ce moment-là, la Suisse s’approvisionnera en eau. Étant entendu que de nombreux glaciers auront alors disparu et que des épisodes climatiques extrêmes se feront de plus en plus fréquents. Quant au message que cette exposition entend faire passer, entre recherches actuelles et fictions littéraires, il est assez clair : il est grand temps de traduire les connaissances scientifiques en actions concrètes.

JPEG - 70.6 ko
L’affiche de l’exposition

L’exposition « Notre eau » illustre par le texte et l’image six domaines qui seront touchés voire profondément perturbés par le changement climatique. Les données scientifiques disponibles génèrent des hypothèses de travail pour l’année 2051 comme la mesure en ligne de notre consommation d’eau ou la concentration des sports d’hiver dans une mégastation de ski de très haute altitude, là où l’on trouvera encore de la neige naturelle.

En plus de paroles d’experts qui leur seront proposées, les visiteurs disposeront d’écouteurs pour se plonger dans ces mondes virtuels et vivre un peu du quotidien vécu par leurs habitants imaginaires. Ce qui devrait les aider à percevoir et comprendre des situations, des idées et des expériences extérieures à leur propre cadre de vie. Ils trouveront aussi, en fin de visite, des occasions de formuler leurs craintes et leurs espoirs quant à l’avenir de l’eau et de réfléchir aux opportunités de contribuer personnellement à une part même minime de la solution des problèmes posés, l’enjeu ultime étant de conserver la maîtrise des ressources en eau, quelles que soient les conséquences du changement climatique.

"L’approche de l’exposition est géniale", commente Rolf Weingartner, hydrologue au Centre Oeschger de recherches sur le climat de l’Université de Berne. "Des images de fiction, illustrant pourtant des situations possibles en 2051, montrent comment tout un chacun sera directement concerné alors par le changement climatique, à travers la disponibilité de l’eau. L’exposition montre aussi qu’avec des décisions intelligentes en matière de politique et d’aménagement du territoire (nos décisions !), avec des mesures planifiées globalement, nous avons la possibilité de nous prémunir des conséquences les plus dramatiques du changement. Le concept d’exposition choisi par le Musée Alpin est convaincant. Les résultats scientifiques abstraits sont associés à des fictions développées par des personnes jeunes. C’est un gage d’impact sur le public."

JPEG - 63.6 ko
(Photo Musée Alpin Suisse – David Schweizer)

L’exposition « Notre eau » sera accompagnée de nombreuses manifestations ouvrant des perspectives diverses sur le thème de l’eau. Elle s’adresse plus particulièrement à un public de jeunes, "comme acteurs passifs et actifs d’un avenir avec, sans ou sous l’eau". Une vaste offre de visites guidées et de matériel didactique est proposée pour les classes d’écoles et les groupes de jeunes. (Informations Musée Alpin Suisse)

- En savoir plus sur le site du Musée Alpin Suisse de Berne



Infos complémentaires

Exposition : "Notre eau. Six visions d’avenir"
27 octobre 2016 au 17 septembre 2017
Musée Alpin Suisse
Helvetiaplatz 4, Berne
Ouvert du mardi au dimanche.

Mots-clés

Mot d’eau

  • Eurêka !

    Comment mieux exprimer l’ivresse dont la raison, heureuse, fait flotter dans l’eau et l’intuition, bienheureuse, léviter dans l’air ? Archimède sentit le mouvement et se leva de l’émotion de ces deux éléments, comme s’il entendait le murmure des ondes et la vibration du vent. Et j’entends eurêka comme ce triple écho et du corps et de l’air et de l’eau. (Michel Serres [décédé le 1er juin 2019], "Biogée", 2010)

Glossaire

  • Karst

    Ce mot, dérivé du nom d’un haut-plateau des Balkans, s’applique à un relief ou à un massif dont les roches calcaires ont été fortement érodées par l’eau, en surface (dolines, emposieux, lapiaz, etc.) et en profondeur (cavernes, grottes, gouffres, etc.), ce qui se traduit aussi au fil des infiltrations en sous-sol par des structures très complexes de circulation d’eau et de résurgences. Ces formes géologiques portent ici et là différents noms, telles les "causses" dans le Massif central français.


Contact Lettre d'information