AccueilInfosDossiersL’eau au rendez-vous des villes innovantes

13 octobre 2005.

N’Djaména (Tchad) : un modèle original de gestion de l’eau dans les quartiers périphériques

Parmi la bonne centaine de stands aménagés dans la halle (...)

Parmi la bonne centaine de stands aménagés dans la halle d’exposition de S-DEV Geneva 05, l’un d’eux proposait une large information sur les nouveaux points d’eau de N’Djaména, la capitale du Tchad, dont une poignée de quartiers périphériques bénéficient désormais de sites « aménagés en places conviviales » et dont on espère qu’ils stimuleront à long terme la vie sociale et économique.

N’Djaména manque d’eau potable, lit-on dans l’une des pages du site internet du Centre d’Étude et de Formation pour le Développement installé dans la capitale tchadienne : « Il arrive que certains quartiers soient privés d’eau pendant plusieurs jours. Généralement c’est tard la nuit que l’eau coule dans les robinets. Ce qui oblige les responsables des ménages à se réveiller à des heures tardives pour guetter cette denrée rare afin de remplir les récipients. Les familles s’organisent pour se servir à tour de rôle l’eau du robinet installé à domicile de peur d’en manquer en cas de rupture brutale. Parfois ces attentes sont vaines pendant deux à trois jours surtout lorsqu’il y a un délestage sectoriel. »

On peut imaginer que la situation est d’autant plus difficile dans les quartiers périphériques qui connaissent une expansion rapide et abritent aujourd’hui plus de 300’000 habitants, c’est-à-dire un tiers de la population de N’Djaména. Et cela dans des conditions de vie la plupart du temps fort précaires. En ce qui concerne les ressources en eau, les habitants de ces quartiers recourent à des puits traditionnels, souvent à ciel ouvert, et donc de qualité parfois douteuse notamment en saison des pluies, lorsque les eaux de ruissellement charrient quantité d’éléments polluants.

Remettre les points d’eau au milieu des quartiers

C’est ce qui a convaincu la mairie de la capitale, avec l’appui de l’Agence française de développement, de lancer un programme de châteaux d’eau dans cinq de ces quartiers. Avec trois grands objectifs :

- fournir aux populations de ces quartiers une eau potable par la construction de forages alimentant de petits réseaux d’adductions d’eau autonomes
- constituer des pôles d’activités économiques et sociales par l’aménagement d’espaces attractifs situés à proximité immédiate des châteaux d’eau
- mettre en place, à travers l’organisation du système de gestion des installations, des structures permettant aux populations de mieux prendre en main le développement local de leur quartier.

Au final : 5 forages et autant de châteaux d’eau qui desservent au total 23 kiosques de distribution et 8 bornes fontaines, et, sur les places aménagées autour des principaux points d’eau, une bonne quarantaine de nouvelles constructions abritant des salles de réunion, des boutiques et autres locaux.

En soi, cette idée de faire de ces nouveaux points d’eau le cœur même de la vie sociale des quartiers n’est pas très originale. Les puits de village, même éloignés des habitations, ont toujours joué ce rôle. Encore fallait-il penser à le transposer dans un contexte urbain et imaginer des infrastructures adéquates.

Ce programme de distribution d’eau, qui pourrait faire école, est complété par un vaste projet de drainage. A N’Djaména, les saisons de pluie sont en effet synonymes d’inondations, d’environnement insalubre, de risques d’épidémies, d’habitats menacés, d’approvisionnements difficiles, etc. Des comités d’assainissement ont donc été mis en place et le volet social du projet implique à la fois la promotion de nouveaux comportements individuels (en matière de gestion des ordures ménagères ou de rejet des eaux usées par exemple) et la mobilisation de toute la population dans des actions collectives de salubrité, notamment pour le creusage ou le nettoyage des caniveaux ou encore la plantation d’arbres autour des bassins de rétention. (bw)


Sources :

Ville de N’Djaména, Direction des Services techniques municipaux,
Documentation de la Cellule d’appui aux projets d’aménagement des quartiers




Infos complémentaires

:: Une gestion déléguée à des acteurs locaux

Photos : stand de la Ville de N’Djaména

C’est au niveau de la gestion de ces nouveaux systèmes d’alimentation en eau que l’originalité du projet se précise. La responsabilité de la production et de distribution de l’eau a été confiée à de petites sociétés locales ou petits commerces qui vendent l’eau à un tarif imposé par les pouvoirs publics. Le prix moyen du mètre cube d’eau tourne autour de 450 francs cfa (soit un peu plus d’un franc suisse). Les kiosques de distribution d’eau sont accessibles à la fois aux particuliers et aux revendeurs ambulants, mais selon des tarifs différents.

Mais ces gestionnaires, qui sont tenus de passer des contrats de maintenance des équipements avec une société agréée par la mairie, doivent ensuite reverser une partie du revenu de leurs ventes d’eau sur trois comptes séparés :

- un compte commun qui servira à couvrir les frais de renouvellement des installations de pompage (30 fcfa par mètre cube)
- une redevance municipale destinée à financer les frais de suivi et de contrôle (10 fcfa)
- un fonds de développement local du quartier dans lequel ils distribuent l’eau (50 à 100 fcfa).

Ce troisième fonds est géré par des groupes locaux de développement auxquels participent des représentants d’associations de base et des représentants des autorités traditionnelles (chefs de carrés). Ces groupes locaux travaillent également en partenariat avec la mairie de N’Djaména pour la définition et la mise en œuvre des actions d’aménagement de leur quartier. Des associations particulières ont également été créées pour la gestion, l’entretien et la mise en valeur des places autour des châteaux d’eau.

Lien :

Centre d’Étude et de Formation pour le Développement, N’Djaména

Mots-clés

Mot d’eau

  • Eau de dents

    "À Suse, qui est une capitale perse, il est une toute petite source qui fait perdre les dents à ceux qui s’y sont abreuvés. On y a pareillement gravé une épigramme qui exprime l’idée suivante : cette eau est excellente pour se laver, mais de la boire ébranle les dents jusque dans leurs racines et les fait tomber." (Vitruve, architecte romain, 1er s. av. J.-C.).

Glossaire

  • Hydrolienne

    Turbine hydraulique mise en mouvement par un courant d’eau fluvial ou marin (marée) permettant de transformer son énergie cinétique en énergie mécanique puis électrique par le biais d’un alternateur. Installée sous la surface de l’eau ou posée dans le lit d’un cours d’eau ou sur un fonds marin, l’hydrolienne offre un potentiel énergétique supérieur à celui d’une éolienne.


Contact Lettre d'information