AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2012

30 octobre 2012.

Micropolluants dans l’eau du robinet ? Des tests dans 17 villes romandes

"À Bon Entendeur" (ABE) - le rendez-vous hebdomadaire de défense (...)

"À Bon Entendeur" (ABE) - le rendez-vous hebdomadaire de défense des consommateurs sur les écrans de la Radio Télévision Suisse - a consacré son émission du 30 octobre 2012 à l’eau du robinet. Avec ces questions-clés : cette eau est-elle aussi salubre qu’on le prétend ? contient-elle des traces de pesticides, de médicaments ou d’autres micropolluants ? si oui, y a-t-il danger pour notre santé et que fait-on pour y remédier ?

Pour faire face à la présence croissante de micropolluants de toutes sortes dans les eaux usées, la Suisse est en train de mettre en place une stratégie nationale en matière d’épuration. Elle demande notamment aux collectivités d’adopter des mesures supplémentaires de traitement pour réduire sensiblement les teneurs de ces substances indésirables. Mais cela prendra du temps et, pour le moment, il faut bien admettre - ce que fait l’émission ABE - qu’"aujourd’hui aucune station d’épuration n’est capable de retenir les micropolluants".

Pour en savoir un peu plus sur la qualité de l’eau qui coule dans les robinets de Suisse romande, ABE a mené une nouvelle enquête (elle en avait déjà fait une en 2008 qui avait conclu à un parfait respect des normes légales en matière d’eau potable). Elle a fait prélever des échantillons d’eau dans 17 villes en respectant les protocoles scientifiques édictés par les services de la Confédération. Ces échantillons ont ensuite été transmis à un laboratoire disposant de la technologie indispensable à la détection de micropolluants (la recherche a porté sur une soixantaine de substances différentes d’origine médicamenteuse et phytosanitaire).

Les résultats de ces tests révèlent tout d’abord que 6 des 17 eaux analysées ne contenaient aucune trace de l’une ou l’autre des substances recherchées. Pour les autres, et à des degrés divers, le laboratoire a mis en évidence des traces d’atrazine déséthyl (herbicide interdit en Suisse), de benzotriazole (antirouille), de paracétamol (antidouleur léger, mais classé parmi les perturbateurs endocriniens), de metformine (médicament antidiabétique), de différents herbicides, de fertilisant, et de carbamazépine (médicament contre l’épilepsie).

"Il n’y a aucune raison sanitaire
de ne pas boire de l’eau du robinet"

Ces concentrations de micropolluants dans l’eau du robinet constituent-elles un vrai risque pour notre santé ? Patrick Edder, chimiste cantonal à Genève et présent sur le plateau de l’émission ABE, se veut rassurant : "Les teneurs qu’on a là sont très faibles. On ne peut faire aucun lien entre ces valeurs-là et les probabilités de cancer du sein. Il faut aussi rappeler que la qualité de nos eaux en Suisse est très bonne (…) Entre une qualité de la ressource qui est très bonne et des traitements de l’eau potable qui sont très performants, je crois que les gens peuvent boire de l’eau du robinet sans souci."

ABE a également demandé au laboratoire lausannois d’analyser des eaux minérales. Aucun micropolluant n’y a été détecté. Est-ce à dire qu’il vaut mieux boire de l’eau en bouteilles que de l’eau du robinet ? "Il n’y a aucune raison sanitaire de ne pas boire de l’eau du robinet", estime Patrick Edder, qui se dit cependant surpris par le résultat de cette analyse d’eaux en bouteilles car, il y a quelques années, des analyses y avaient révélé des traces d’herbicides.

De plus, avec les eaux en bouteilles apparaissent d’autres types de problèmes : "l’eau n’est pas un produit stérile. À partir du moment où vous avez ouvert votre bouteille, vous pouvez avoir des bactéries qui prolifèrent. Vous ne pouvez donc pas la conserver trop longtemps, ni au chaud d’ailleurs. Et si on avait fait des analyses de plastifiants, on aurait peut-être retrouvé ici ou là quelques nanogrammes de phtalates [ndlr.:additifs destinés a assouplir les plastiques et soupçonnés de dérégler le système endocrinien] ou d’autres types de produits".


- Les émissions "À Bon Entendeur" du 30 octobre 2012 et du 25 novembre 2008
- Les résultats des tests ABE




Infos complémentaires

JPEG - 7.7 ko

© FOOD-micro - Fotolia.com


Toute une pharmacie dans le Léman ?

La dernière livraison (n°85, septembre 2012) de "Lémaniques", Bulletin de l’ASL (Association pour la Sauvegarde du Léman), est consacrée entièrement aux micropolluants.
Au sommaire :

- Les micropolluants : une constellation de substances retrouvées partout dans l’environnement
- Évaluation des risques pour l’environnement
- Évaluation des risques pour l’être humain
- L’élimination des micropolluants organiques : une nouvelle orientation pour le traitement des eaux usées dans les stations d’épuration
- Des médicaments dans l’eau du Léman : est-ce grave, Docteur ?
- 2006 -2012 : qu’y a-t-il de changé ?


Ce Bulletin peut être consulté et téléchargé sur le site de l’ASL


Alors Docteur ?

"En somme, beaucoup de questions restent sans réponse catégorique. Les micropolluants d’origine pharmaceutique ne représentent pas un grand risque immédiat pour l’être humain. En revanche, comme les autres catégories de micropolluants, ils ont des effets observés ou potentiels sur l’environnement et les organismes aquatiques très préoccupants, qui justifient d’agir sans tarder selon le principe de précaution, notamment en exigeant l’évaluation des risques pour l’environnement des nouvelles substances, en cherchant à réduire la pollution à la source et en neutralisant le mieux possible les polluants à leur passage dans les STEP."
(Dr. Jean-Claude Mulli, médecin - texte extrait de "Lémaniques" n°85)

Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information