AccueilInfosOn en parle

30 septembre 2010.

"Les rivières du monde sont en crise"

"Rivers in crisis". Ce titre a fait le dernier jour de septembre (...)

"Rivers in crisis". Ce titre a fait le dernier jour de septembre la couverture du célèbre journal scientifique britannique "Nature". La sécurité de l’approvisionnement en eau pour les humains et la biodiversité des cours d’eau sont souvent mises en opposition, considérées comme des objectifs concurrents. Mais est-ce vraiment le cas ? Si l’on juxtapose les bilans des interventions de l’homme sur l’une et l’autre, comme l’a fait un groupe international de chercheurs, il faut tirer le constat que les cours d’eau de par le monde sont dans un état de crise. Une solution durable à ces problèmes passe par des stratégies qui se préoccupent conjointement de la sécurité en eau pour l’homme et de la protection de la biodiversité.

Pour établir leur diagnostic, une douzaine de chercheurs des États-Unis, de Chine, d’Australie et de Suisse ont intégré dans leur modèle informatique 23 "facteurs de stress", tels que le niveau de pollution, la richesse de la faune et de la flore aquatique, le taux d’urbanisation, le développement agricole et industriel ou le captage d’eau, etc. Mais faute de données suffisantes, ils ont dû laisser de côté des indicateurs comme la pollution minière ou les rejets de substances pharmaceutiques.

Leur conclusion : près de 80% de la population mondiale vit dans des zones où les cours d’eau sont parfois gravement menacés, notamment aux Etats-Unis et en Europe de l’Ouest, par la pollution, l’urbanisation ou la surexploitation, des menaces trop souvent masquées par les milliards dépensés par les pays riches pour y remédier.

Pour le professeur Charles Vörösmarty, de la City University of New York et coordinateur de la recherche, l’impact sur la faune dans les pays développés résulte de la modification des systèmes fluviaux : "Compte tenu de toutes les mesures de protection décidées par l’Union européenne, on est surpris de voir que ce continent est un haut-lieu de perte de biodiversité. C’est que pendant longtemps les Européens n’ont cessé de modifier leurs paysages et de réduire les surfaces des zones humides et des plaines inondables qui sont des éléments cruciaux des écosystèmes fluviaux".

Les investissements massifs dans des barrages, des réservoirs et autres aménagements de bassins versants ont certes permis de restreindre les risques qui pèsent sur l’approvisionnement en eau de leurs habitants, mais ils n’ont pas atténué les pressions sur les cours d’eau et ont eu des impacts négatifs sur les écosystèmes aquatiques.

Mais c’est dans les pays en développement, où font défaut les moyens techniques et financiers nécessaires à la construction de ce genre d’infrastructures, que la menace est évidemment la plus forte et met en danger près de trois milliards et demi d’habitants, faute de réseaux élémentaires d’eau potable et d’assainissement. ("Global threats to human water security and river biodiversity", Nature n° 467, 30 september 2010)

- Pour en savoir plus, voir riverthreat.net




Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information