AccueilBloc-Notes

11 avril 2017.

Les profondeurs du Léman n’ont été que partiellement brassées durant l’hiver

Le dernier brassage hivernal des eaux du Léman a atteint une (...)

Le dernier brassage hivernal des eaux du Léman a atteint une profondeur de 200 mètres. Il n’a donc pas été complet (le fond du lac se situe à plus de 300 mètres) et les couches les plus profondes n’ont pas pu profiter de ce phénomène naturel pour se réalimenter en oxygène. Le dernier brassage complet a eu lieu en 2012 et s’était limité à quelque 100 à 150 m au cours des dernières années. Le taux d’oxygène dans le fond du lac étant actuellement inférieur aux exigences légales (4 mg/L), il est nécessaire de continuer à limiter les apports en phosphore qui favorisent la prolifération des algues. (Information CIPEL, Commission internationale pour la protection des eaux du Léman.)




Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information