AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2009

12 novembre 2009.

Les infrastructures suisses dans le domaine de l’eau valent 218 milliards

Maintenir en bon état de marche les infrastructures et les (...)

Maintenir en bon état de marche les infrastructures et les renouveler à temps coûte cher. Entre autres, celles qui concernent l’approvisionnement en eau potable et l’élimination des eaux usées. En Suisse, l’Office fédéral de l’environnement vient de mener une étude exhaustive sur l’ensemble des infrastructures environnementales du domaine public. Pour la Confédération, les cantons et les communes, le défi à relever est de taille.

La valeur théorique de l’ensemble des infrastructures environnementales représente en Suisse près de 320 milliards de francs, dont plus de 180 milliards (environ 56 %) pour les infrastructures en mains publiques. Ces montants donnent une idée assez précise du besoin financier nécessaire à leur bon fonctionnement et de ce qu’il faudrait débourser s’il fallait les construire aujourd’hui (équipements et bâtiments). Globalement parlant, les infrastructures environnementales sont d’une valeur comparable aux infrastructures routières, mais dépassent de beaucoup la valeur des infrastructures ferroviaires ou de télécommunication.

Les types d’infrastructures environnementales concernés par cette étude s’inscrivent dans six catégories : approvisionnement en eau potable et élimination des eaux usées, sécurisation contre les dangers naturels, élimination des déchets, protection contre le bruit, protection de l’air, gestion des espèces.

À lui seul, le secteur de l’eau est de loin le plus important puisqu’il représente plus des deux tiers de toutes les infrastructures environnementales et 63 % de celles qui sont à la charge des collectivités publiques. Ces dernières sont réparties entre les constructions, installations et réseaux d’approvisionnement en eau potable d’une part, d’évacuation et de traitement des eaux usées d’autre part.

Avec un montant chiffré à 65 milliards de francs, les équipements d’assainissement représentent une valeur supérieure à ceux de la distribution d’eau potable (50 milliards). Dans les deux cas, la durée de vie moyenne des infrastructures est estimée à environ 65 ans. Ce qui, en d’autres termes, se traduit par un besoin théorique de financement de remplacement des équipements pour un montant de 1,7 milliard de francs par an (4,4 milliards si l’on y inclut les constructions).

Cette étude se veut une aide à la planification de la maintenance de ces différentes infrastructures. Si les équipements d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées sont en principe garantis par la perception de diverses taxes communales ou cantonales, il n’en va pas de même pour les ouvrages de protection contre les dangers naturels qui réclament des investissements plus conséquents : d’abord parce qu’on les a négligés pendant trop longtemps, ensuite parce que les changements climatiques vont sans doute accroître les besoins de prévention des dangers naturels. (Source : OFEV, Office fédéral de l’environnement)




Infos complémentaires

JPEG - 4.9 ko

STEP de Delémont (Jura)
© aqueduc.info

:: Quelques données sur les infrastructures suisses dans le domaine de l’eau

- Épuration
et assainissement
des eaux

- 759 stations d’épuration centrales (STEP)
- 3’383 stations d’épuration de faible capacité
- 47’400 kilomètres de canalisations pour l’évacuation des eaux usées
- 42’000 km de canalisations pour l’assainissement des biens-fonds
- 1’700’000 raccordements aux immeubles
- Valeur totale de l’épuration des eaux : 105 milliards de francs
- Besoin total de financement par an : 2,12 milliards de francs

- Approvisionnement
en eau potable

- 650 stations de pompage
- 1’090 réservoirs
- 41’300 km de canalisations pour la distribution
- 124’000 hydrantes
- 7’200 fontaines publiques
- Valeur totale de l’approvisionnement en eau potable : 110 milliards de francs
- Besoin total de financement par an : 2,28 milliards de francs

- Chiffres extraits
du rapport de l’OFEV :
Wiederbeschaffungswert der Umweltinfrastruktur - Umfassender Überblick für die Schweiz

Glossaire

  • Éclusée

    Littéralement, c’est le volume d’eau qui s’écoule d’une écluse entre le moment où on l’ouvre et celui où on la referme. Appliqué à un barrage, le mot désigne l’opération qui consiste à relâcher une grande quantité d’eau dans une rivière en particulier lors des turbinages hydroélectriques. Ces opérations fréquentes se traduisent en aval par de soudaines et dangereuses crues artificielles et perturbent gravement les écosystèmes des cours d’eau d’aval. D’où l’importance des réglementations qui visent à en maîtriser les impacts.

Mot d’eau

  • Trop soif

    "Je suis un peu dans la situation d’un homme qui tire de l’eau goutte à goutte parce qu’il a trop soif pour attendre que le puits se remplisse" (F. Scott Fitzgerald, Lettre à H. Ober, 1936)


Contact Lettre d'information