AccueilInfosDossiersSalon AQUA PRO GAZ

22 janvier 2010.

AQUA PRO 2010 : les distributeurs d’eau peaufinent leurs stratégies à long terme

À chaque fois que se tient le Salon Aqua Pro, c’est, pour les (...)

À chaque fois que se tient le Salon Aqua Pro, c’est, pour les associations professionnelles concernées, une occasion idéale de convoquer leurs membres à des journées d’informations techniques, couplées à la visite des stands d’une centaine d’exposants tout heureux de pouvoir présenter par le menu leurs installations les plus performantes et souvent innovantes. Pour sa part, la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) a dédié sa journée technique 2010 aux questions relatives à la planification stratégique et financière de la distribution de l’eau. Et pour cause : les distributeurs d’eau doivent aujourd’hui faire face à de nouveaux et importants défis qui, plus que jamais, réclament des décisions à très long terme.

Le secteur de la distribution d’eau est en effet en pleine évolution : les techniques d’analyse de cette ressource, de plus en plus fines, permettent d’y déceler des éléments chimiques mal connus jusqu’ici, réclament des normes de qualité plus exigeantes, obligent à installer des dispositifs de traitement plus performants, postulent des compétences professionnelles plus élevées, et entraînent bien évidemment des surplus d’investissements et de coûts financiers.

« Cela fait bien longtemps que le prix de l’eau n’est plus un sujet tabou, explique Gérard Luyet, responsable du secteur eau potable aux Services Industriels de Genève, dans un document de travail remis aux participants. L’on attend des distributeurs qu’ils soient le plus efficients possible et qu’ils prennent des mesures de nature à améliorer leurs performances et à diminuer leurs coûts. La marge de manœuvre n’est pas grande, car les frais fixes peuvent représenter jusqu’à 80% des coûts. Dans les décennies à venir, les distributeurs d’eau devront faire face à d’importants investissements et à une forte demande au niveau des travaux d’entretien. Ces dépenses considérables seront dictées par la nécessité de répondre aux nouvelles contraintes légales et de rénover les installations. Ceci sera particulièrement vrai pour les distributeurs situés dans des zones rurales. »

Autrement dit, les distributeurs d’eau ne pourront pas faire l’économie de planifications stratégiques à long terme, d’autant que la durée de vie des installations qu’ils devront mettre en place se mesure en dizaines d’années. Les décisions qu’ils prennent dans ce domaine « figent la situation pour de longues périodes et les empêchent de se tourner vers d’autres solutions ».

Des objectifs exigeants

La tâche des distributeurs d’eau, aujourd’hui comme demain, tient en quelques objectifs relativement clairs mais techniquement très exigeants et lourds de responsabilités :

- s’assurer en permanence de la meilleure qualité possible de l’eau potable et de sa disponibilité à long terme
- veiller à l’entretien, à l’efficacité et à la sécurité des installations d’approvisionnement et de distribution de l’eau potable
- prendre en compte les exigences de protection de la nature et de l’environnement
- répondre aux demandes des usagers pour une meilleure transparence des tarifs de l’eau
- garantir la viabilité économique de leurs entreprises, compte tenu de l’obligation de couverture des coûts, c’est-à-dire de « faire payer par l’eau le prix de l’eau ».

À Bulle, plusieurs experts sont venus expliquer les tenants et aboutissants des recommandations émises en la matière par la SSIGE (lire ci-contre) : d’une part les aspects du long terme sont encore trop souvent négligés dans les planifications ; d’autre part les coûts réels de l’adduction, de la production et de la distribution d’eau potable sont parfois mal connus ou calculés de façon incomplète, ce qui entraîne de vrais problèmes lorsqu’il s’agit de procéder à des tarifications adéquates.

À noter aussi que l’idée de recourir au ‘benchmarking’ et à l’analyse comparative des méthodes et pratiques de gestion des distributeurs d’eau semble aujourd’hui recueillir de plus en plus d’intérêt. Une trentaine d’entreprises, parmi les quelque 3’000 petits et moyens distributeurs de Suisse, viennent en tout cas de se livrer à un tel exercice qui devrait stimuler réflexions et initiatives. Affaire à suivre, puisque l’expérience, sur une base volontaire, sera poursuivie l’an prochain. (bw)

- Lire aussi : Le 5e Salon AQUA PRO de Bulle a tenu toutes ses promesses


- Dossier comprenant tous les articles aqueduc.info relatifs aux diverses éditions du Salon Aqua Pro de Bulle




Infos complémentaires

JPEG - 8.3 ko

Vu à Aqua Pro 2010, sur le stand d’une entreprise spécialisée dans la désinfection par rayonnement ultraviolet (photo © aqueduc.info)


:: Des guides pour mieux planifier et mieux financer

Pour aider les distributeurs d’eau à élaborer de bonnes stratégies face aux défis qu’ils doivent affronter, la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux a publié des recommandations détaillées pour la planification stratégique et pour le financement. Ces deux ouvrages de référence ont fait l’objet de présentations lors du Salon Aqua Pro 2010.

Pour mémoire, la distribution d’eau est en Suisse une tâche communale (hormis dans les cantons de Genève et de Bâle-Ville). La commune peut l’assumer elle-même ou la déléguer à une autre entité. Mais, quelle que soit la forme d’organisation qu’elle choisit, elle en reste directement responsable, juridiquement et financièrement parlant.

Les directives publiées par la SSIGE sont destinées aux autorités communales, décideurs politiques et responsables techniques de la distribution d’eau :

- La Recommandation pour la planification stratégique de l’approvisionnement en eau potable décrit les facteurs techniques, économiques, organisationnels et structurels dont il importe de tenir compte dans toute planification à long terme de la distribution d’eau potable.

- La Recommandation pour le financement de la distribution d’eau propose un modèle de calcul permettant de déterminer les taxes en toute transparence, en fonction de la consommation et des coûts de production, et en vue d’un financement durable de l’approvisionnement et de la distribution d’eau potable.


JPEG - 9.1 ko

La SSIGE a également édité une sorte de mémento, ’Eau potable : sûre, fiable, économique’, qui s’adresse aux autorités communales et vise à faciliter la collaboration entre les autorités et les exploitants des réseaux d’eau potable. Cette brochure a été envoyée à toutes les communes de Suisse et est téléchargeable gratuitement sur le site de la SSIGE

> Site de la SSIGE : www.ssige.ch

Glossaire

  • Éclusée

    Littéralement, c’est le volume d’eau qui s’écoule d’une écluse entre le moment où on l’ouvre et celui où on la referme. Appliqué à un barrage, le mot désigne l’opération qui consiste à relâcher une grande quantité d’eau dans une rivière en particulier lors des turbinages hydroélectriques. Ces opérations fréquentes se traduisent en aval par de soudaines et dangereuses crues artificielles et perturbent gravement les écosystèmes des cours d’eau d’aval. D’où l’importance des réglementations qui visent à en maîtriser les impacts.

Mot d’eau

  • Trop soif

    "Je suis un peu dans la situation d’un homme qui tire de l’eau goutte à goutte parce qu’il a trop soif pour attendre que le puits se remplisse" (F. Scott Fitzgerald, Lettre à H. Ober, 1936)


Contact Lettre d'information