AccueilInfosOn en parle

11 août 2017.

Le réchauffement climatique modifie les périodes de crues des cours d’eau

Si l’on en croit les conclusions d’une vaste étude publiée dans la (...)

Si l’on en croit les conclusions d’une vaste étude publiée dans la revue Science [1], le réchauffement climatique a en Europe un réel impact sur les périodes de crues des fleuves et des rivières. Dans l’ouest et le nord-est du Vieux Continent et comparées aux relevés d’il y a une cinquantaine d’années, les crues se produisent désormais beaucoup plus tôt, avec plusieurs semaines d’avance. Ce changement de calendrier, dû à la fonte précoce des neiges, représente une menace pour les activités agricoles et les infrastructures de l’ensemble du continent.

Une équipe de chercheurs, emmenée par Günter Blöschl, directeur de l’Institut d’ingénierie hydraulique et de gestion des ressources en eau de l’Université de Technologie de Vienne (Autriche), a analysé les données recueillies entre 1960 et 2010 dans plus de 4’200 stations hydrométriques dans 38 pays européens. Elle a également comparé les précipitations, l’humidité des sols et les températures de manière à repérer les déclencheurs potentiels de ces changements des périodes de crues.

Les changements les plus importants se sont produits en Europe de l’ouest, le long de la côte atlantique entre le Portugal et l’Angleterre, où la moitié des crues se sont produites avec au moins quinze jours d’avance. Cela serait dû à une plus grande humidité du sol, alors que dans le nord-est de l’Europe, c’est la fonte des neiges qui a désormais lieu au tout début du printemps.

Selon Louise Slater et Robert Wilby, de l’Université anglaise de Loughborough, qui signent un article dans le même numéro de la revue Science [2], il est à craindre, si l’on ne prend pas les mesures d’adaptation nécessaires, que ces modifications de la saisonnalité des crues affectent profondément les rendements agricoles, la sécurité et le fonctionnement des infrastructures, la production hydroélectrique, les installations d’alimentation en eau potable et, de manière plus générale, la gestion des ressources en eau. Étant donné que les risques d’inondation pourraient très largement augmenter d’ici à la fin du siècle (jusqu’à 20 fois plus, prédisent certains experts), améliorer la mesure de ces changements saisonniers semble être "un pas dans la bonne direction". (Source : sciencenews.org et agences)



Notes

[1G. Blöschl et al. "Changing climate shifts timing of European floods". Science. Vol. 357, August 11, 2017.

[2L. Slater & R. Wilby, "Measuring the changing pulse of rivers", Science. Vol. 357, August 11, 2017.

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information