AccueilInfosOn en parle

10 janvier 2006.

Le réchauffement climatique menace aussi le Léman

Le réchauffement climatique fait peser de graves menaces sur (...)

Le réchauffement climatique fait peser de graves menaces sur l’oxygénation du Lac Léman. Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), soutenus par le Fonds national suisse, on en effet constaté, en suivant les mouvements des masses d’eau depuis de nombreuses années, l’existence de nouveaux mécanismes de brassage des eaux du lac.

Lors de l’hiver 2004-2005, le lac Léman a réussi à oxygéner ses couches les plus profondes, à près de 300 mètres, avec une amplitude que l’on n’avait plus vue depuis longtemps. C’est une bonne nouvelle car ce phénomène est essentiel au maintien de la bonne qualité des eaux du lac. Mais cet épisode réjouissant ne peut cacher une tendance inquiétante : le réchauffement du climat, et l’élévation sensible des températures moyennes hivernales ces dernières années, ont contribué à freiner ces processus d’oxygénation.

Le brassage saisonnier du lac Léman est essentiel à sa bonne santé et l’est d’autant plus que les activités et la présence humaine font peser sur lui une pression sans cesse grandissante. C’est la raison pour laquelle les spécialistes s’inquiètent des conséquences d’un éventuel réchauffement climatique durable. Il suffit d’une faible augmentation des températures moyennes en hiver pour que le brassage du lac diminue et se révèle insuffisant à la régénération de ses eaux. (Source : Fonds national suisse)

Communiqué du Fonds national suisse




Mots-clés

Mot d’eau

  • Eurêka !

    Comment mieux exprimer l’ivresse dont la raison, heureuse, fait flotter dans l’eau et l’intuition, bienheureuse, léviter dans l’air ? Archimède sentit le mouvement et se leva de l’émotion de ces deux éléments, comme s’il entendait le murmure des ondes et la vibration du vent. Et j’entends eurêka comme ce triple écho et du corps et de l’air et de l’eau. (Michel Serres [décédé le 1er juin 2019], "Biogée", 2010)

Glossaire

  • Karst

    Ce mot, dérivé du nom d’un haut-plateau des Balkans, s’applique à un relief ou à un massif dont les roches calcaires ont été fortement érodées par l’eau, en surface (dolines, emposieux, lapiaz, etc.) et en profondeur (cavernes, grottes, gouffres, etc.), ce qui se traduit aussi au fil des infiltrations en sous-sol par des structures très complexes de circulation d’eau et de résurgences. Ces formes géologiques portent ici et là différents noms, telles les "causses" dans le Massif central français.


Contact Lettre d'information