AccueilInfosOn en parle

1er septembre 2017.

Le Rhône retrouvera-t-il son delta vers le Léman ?

Le projet vaudois de renaturation va de l’avant

Comme pour le Valais, la 3e correction du Rhône représente aussi pour le canton de Vaud un enjeu capital en matière de sécurité des biens et des personnes. Élargir le cours d’eau et renforcer ses digues est un objectif prioritaire pour le gouvernement vaudois qui demande à son parlement cantonal une première enveloppe de 60 millions de francs pour financer études et travaux durant les dix prochaines années. Le projet inclut également la réalisation d’un delta naturel à l’embouchure du fleuve dans le lac Léman.

Les relevés cartographiques et historiques du Rhône montrent qu’avant ses premières corrections le fleuve s’écoulait dans des méandres d’alluvions et sous la forme de tresses réparties sur deux bras principaux et quelques bras secondaires. Aujourd’hui, canalisé jusqu’à son embouchure dans le Léman, il a perdu son dynamisme naturel et le caractère propre aux milieux alluviaux ; privées de dépôts sédimentaires durables, ses berges ont tendance à s’éroder.

Contrairement aux autres secteurs fluviaux du projet vaudois où il est prioritairement question d’assurer une meilleure gestion des crues et une plus grande sécurité des personnes et des biens, la revitalisation du delta, avec l’aménagement d’un nouveau chenal d’entrée dans le lac, vise d’abord un objectif écologique : favoriser le développement naturel et spontané d’un delta lacustre et redynamiser l’écosystème de l’embouchure du Rhône. Mais le projet prévoit aussi une valorisation d’espaces de loisirs.

JPEG - 209.3 ko
Image de synthèse du projet de delta du Rhône à l’embouchure du Léman
(Crédit : Canton de Vaud, Département du territoire et de l’environnement)

Ce delta devrait occuper une surface de quelque 80 hectares entre le Rhône actuel et le Vieux Rhône, y compris le delta lacustre. Plusieurs variantes sont encore à l’étude. Un bureau spécialisé installé à Grenoble (France) a notamment conçu une maquette de grande envergure permettant de simuler l’évolution probable du delta et de ses possibles zones d’ensablement et d’érosion.

Sur le plan financier, outre le crédit cadre de 60 millions de francs demandés par le gouvernement vaudois, l’État fédéral devrait participer au projet pour un montant équivalent ainsi que les communes riveraines à hauteur de 4 millions environ. Le coût total de l’ensemble des travaux de la 3e correction du Rhône dans le Chablais vaudois et valaisan pour les vingt prochaines années se chiffre à près de 730 millions de francs. (Source : État de Vaud).




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information